Rechercher
homeAccueil du site > Focus adhérents

Focus adhérents

Giffard

Giffard vient de rejoindre la Communauté Valorial en avril dernier. Rencontre avec Edith Giffard, sa Directrice générale déléguée.
 
 
Quel est votre cœur de métier et les marchés que vous visez ? 
Nous sommes fabricants de Liqueurs et de Sirops. Notre histoire commence en plein cœur d’Angers dans les années 1880….
Notre arrière-grand-père Emile Giffard, était pharmacien herboriste. Epicurien et curieux, il fait des recherches sur les vertus digestives et rafraîchissantes de la menthe. Il sélectionne le plant de menthe poivrée unique Mitcham, découvert en Angleterre et invente en 1885, dans le secret de son officine de la place du Ralliement, une liqueur transparente, au pouvoir rafraîchissant et d’une grande finesse. Il la baptise Menthe-Pastille en référence au gout des pastilles de menthe à la mode à l’époque.
 
Aujourd’hui autour de la Menthe-Pastille, ce sont presque 60 parfums de Liqueurs et plus de 80 parfums de Sirops qui sont élaborés sur nos deux sites angevins, Avrillé pour les Liqueurs et St Léger des Bois pour les Sirops et distribués dans plus de 80 pays.
Nous exportons plus de la moitié de notre production en Europe, aux USA, Canada, en Asie et au Moyen-Orient à destination des bars à cocktails, restaurants et coffee shop…
 
Quelle est votre actualité ?
Côté produits, nous venons de sortir un sirop de jasmin et mi-juin sortira un sirop de citronnelle.
Côté business, nous rentrons du salon Food Hotel Asia à Singapour et participons en juin à deux salons majeurs du Bar à Cocktails européen, Cocktail Spirits à Paris et Imbibe à Londres
Les barmen internationaux recherche l’excellence des produits que nous proposons, ce n’est pas nouveau, ce qui l’est davantage c’est leur sensibilité grandissante aux critères de naturalité, d’éco-conception, de santé.
 
Pour quelles raisons avez-vous choisi de rejoindre Valorial ? 
Parce que l’innovation est une priorité et que nous avancerons mieux et plus vite grâce aux réseaux du pôle de compétitivité, aux liens entre industriels, aux outils de veille,…favorisant la mutualisation d’idées ou de partenariats. Les journées proposées sur des thématiques variées, technologies innovantes, ingrédients fonctionnels, qualité, etc., avec des acteurs de différentes filières seront intéressantes pour faire émerger des idées ou des concepts dans d’autres secteurs.
Nous avons des problématiques communes avec des acteurs de filières agroalimentaires différentes de la nôtre, dans un contexte de développement de la naturalité, du clean label, de l’éco-concept, des aliments sains, etc. Nous nous sentirons moins isolés !
Nous pensons que notre adhésion pourra être utile, pour rencontrer d’autres acteurs de la filière avec lesquels nous pourrions envisager des projets collaboratifs et travailler sur des projets plus ambitieux à long terme.
 

 
Quelle est votre vision de l’innovation ? 
L’innovation est un enjeu stratégique. Nous sommes une entreprise familiale et indépendante de plus de 130 ans, avec un produit historique à l’origine de l’entreprise, nos racines et nos valeurs sont notre socle à partir duquel nous innovons et créons sans cesse de nouveaux produits, de nouveaux parfums, pour anticiper et proposer à nos clients les produits les meilleurs pour des usages définis ou en évolution.
La naturalité est une priorité absolue, le goût du fruit, des plantes, etc., doit se retrouver intacte dans nos produits, la qualité n’est pas négociable, une recherche permanente est donc indispensable. Elle concerne à la fois la recherche sur les matières premières et les variétés, sur les procédés d’extraction et d’assemblage, sur la naturalité des arômes et des colorants.
Le respect de l’environnement est une valeur clé pour préserver la qualité des végétaux, à la base de toutes nos liqueurs et sirops.
Nous avons mis en place un pôle innovation, piloté par le marketing en lien étroit avec la R&D.
 
Contact :
Giffard
Edith Giffard
Directrice Générale Déléguée
 

Biocoop

La coopérative a rejoint la communauté Valorial il y a 1 an et poursuit son développement. Rencontre avec Hélène Person, Responsable innovation et marques.
 
 
Quel est votre cœur de métier et les marchés que vous visez ? 
Biocoop est une coopérative qui associe magasins, producteurs, salariés et consommateurs et qui a pour objectif de développer l’agriculture biologique. Une gouvernance unique en Europe.
Nous sommes un réseau de 518 magasins indépendants (au 31/03) avec de nombreuses ouvertures prévues.
Biocoop c’est LA bio, une bio à valeurs et cohérente en tous points.
 
 
Quelle est votre actualité ?
Nous sommes actuellement en train d’optimiser notre organisation et dans ce cadre nous venons de créer un nouveau service au sein de la direction de l’offre qui regroupe l’innovation et l’offre de produits à marque Biocoop. Cela marque notre volonté de donner une réelle place à l’innovation tant au travers de nos produits à marque qu’en favorisant la réactivité aux propositions innovantes de nos fournisseurs, tout un programme… auquel nous allons nous atteler dans les mois qui viennent. Au sein de ce service nous investissons dans un premier temps sur 2 métiers qui porteront des axes d’innovation prioritaires pour nous :
- une chargée R&D ingrédients et spécifications qui aura pour mission de favoriser l’innovation par des ingrédients innovants : Emmanuelle Joye,
- une chargée du vrac et des solutions « Zéro déchet » : Jeanne Mignon.
 
 
Pour quelles raisons adhérez-vous à Valorial ?
Nous avons pris notre première adhésion à Valorial l’année dernière et nous avons renouvelé cette année sans hésitation car toutes les conférences auxquelles nous avons pu participer étaient très intéressantes et enrichissantes.
Valorial c’est aussi un moyen pour nous de s’ouvrir vers l’extérieur et de constituer un réseau d’expert car nous sommes convaincues que l’innovation passera par du travail collaboratif avec l’extérieur.
 
 
Quelle place accordez-vous à l’innovation au sein de votre entreprise ?
Il y a 30 ans, l’expérimentation, a été à la base de la création de Biocoop en cherchant des alternatives bio à l’alimentation conventionnelle.
A présent, nous devons continuer à chercher des solutions et modes de consommation alternatifs aux dérives de la consommation et la production de masse.
Nous avons une orientation politique claire, l’innovation est au cœur de la stratégie 2020. Notre ambition est de montrer que Biocoop peut rester précurseur sur le marché ! Pour cela nous devons avoir une organisation mieux adaptée, plus agile et sur la mise en œuvre rapide de tests.
Au sein de Biocoop, on compte désormais 3 cellules qui travaillent sur l’innovation : l’une sur l’innovation sociale, l’autre autour de nouveaux modes de distribution et consommation et enfin notre cellule qui travaille sur l’innovation par l’offre. L’innovation est vitale pour Biocoop, elle permettra de renforcer notre différenciation de demain. Nous sommes convaincus qu’il y a de vrais partenariats à créer pour inventer de nouveaux produits et de nouveaux modes de consommation qui favoriseront la transition vers le modèle que nous portons, plus respectueux de l’environnement et des hommes.
 
Contact :
Hélène Person
Responsable innovation et marques
Biocoop
h.person biocoop.fr
02 99 13 33 50
 
 

Adventiel

Rencontre avec Xavier L’Hostis, Responsable Innovation d’Adventiel, ESN spécialisée dans les domaines agri, agro et agro-fourniture, qui vient tout juste de rejoindre la communauté Valorial. Bienvenue !
 
 
Quel est votre cœur de métier ?
Le Groupe Adventiel est une ESN spécialisée dans les domaines Agri, Agro et Agro-fourniture. Nous proposons, depuis 50 ans, des solutions numériques sur-mesure allant du conseil métier jusqu’à l’exploitation de solutions digitales.
Nous avons actuellement 200 collaborateurs basés sur trois sites (Rennes, Caen et Paris) pour un chiffre d’affaires 2017 estimé à 22 M€.
Historiquement spécialisés dans l’agrégation de données et la création de systèmes d’informations interopérables, la plupart des utilisateurs finaux de nos applications travaillent en situation de mobilité. Ainsi, très tôt, nous avons travaillé sur les applications mobiles (smartphones, tablettes …) et plus récemment sur les lunettes connectées et sur les solutions de pilotage vocales en mode connecté ou déconnecté.
Notre activité d’innovation nous amène naturellement à identifier toutes les opportunités technologiques au travers du prisme des usages, de la digitalisation des entreprises et des métiers de l’agriculture de demain. On va parler donc d’acquisition automatique des données via des capteurs, de collecte et d’agrégation de celles-ci et évidemment de valorisation de ces données pour optimiser la gestion des exploitations.
 
Quelle est votre actualité ?
En tant que Responsable Innovation, les deux sujets les plus importants du moment sont l’organisation de notre Journée Innovations et Technologies (JIT) et le lancement de notre plateforme HUBIXEO.
Les JITS représentent un moment particulier dans l’année car nous accueillons 200 clients et prospects à participer à un après-midi dédié à l’innovation, incluant la participation à des ateliers thématiques. L’enjeu est de présenter aux participants des nouveautés technologiques mais au travers de cas d’usages très concrets orientés métier. Ceci afin qu’ils puissent se projeter dans leur domaine et imaginer de nouveaux services pour leurs propres clients.
 
 
Nous sommes très attachés au second sujet, HUBIXEO, car il est entièrement issu de notre process innovation. Nous avons créé la première plateforme d’assistants virtuel professionnels (chatbots) dédiée à l’agriculture. Nous allons parler donc ici d’interactions en langage naturel, d’intelligence artificielle, le tout branché sur les systèmes d’information d’entreprise et dans une relation bidirectionnelle (les entreprises peuvent aussi engager des conversations avec leurs clients). Ce projet a été primé au SPACE 2017 avec un Innov Space 2 étoiles et nous l’avons incubé, avec une mise en service prévue avant l’été.
 
Qu’est ce qui a motivé votre adhésionà Valorial ?
L’adhésion à Valorial nous a semblé naturelle. Acteur majeur du domaine de l’agriculture, nous souhaitons partager nos expériences et compétences. Ce pôle de compétitivité est vraiment adapté à notre domaine d’activité, et j’apprécie donc de pouvoir être intégré dans ce réseau. L’opportunité de pouvoir participer à des projets collaboratifs m’intéresse aussi beaucoup.
Comment vous voyez l’innovation ?
J’estime que l’innovation doit accompagner l’entreprise pour lui permettre d’être compétitive mais aussi de se différencier par rapport à la concurrence. Elle doit être un accélérateur pour Adventiel en externe mais aussi en interne, et nous essayons d’impliquer au maximum les collaborateurs dans la construction de notre stratégie d’innovation (séances de créativité et concours interne d’innovation …). Nous avons la chance d’être dans un domaine en pleine mutation et propice aux innovations … A nous de jouer !
 
Contacts :
Xavier L’HOSTIS
Responsable Innovation
xavier.lhostis adventiel.com
Tél. + 33 (0)2 99 29 21 52 / + 33 (0) 6 43 59 63 11
 
Claire HOUBE FALEMPIN
Responsable du service Ventes et Grands Comptes
claire.houbefalempin adventiel.fr
Tél. + 33 (0)2 99 29 21 79 / + 33 (0) 6 85 45 40 06

7, Boulevard Nominoë – CS 44115
35741 PACE CEDEX – France
www.adventiel.com

Happybiote

Une aventure pour mieux manger et prendre soin de son microbiote ! Rencontre avec Virginie Gergès, fondatrice d’Happybiote, start-up spécialisée en coaching nutritionnel, pour une nouvelle vision sur son assiette.

 
Pourquoi avez-vous créé Happybiote ?
Tout à commencé lorsque j’ai souhaité changé d’alimentation car j’étais persuadée que certains aliments ne me convenaient pas forcément. J’ai alors découvert les super pouvoirs de l’intestin et du microbiote, notre flore intestinale, sur notre bien-être, notre poids, notre immunité et même notre comportement… !
J’ai en même temps réalisé les difficultés à changer d’alimentation, à trouver la motivation, les idées de recettes, faire le tri dans la multitude d’informations.
En parallèle, je me suis aperçue que de plus en plus de personnes sont convaincues que l’alimentation est déterminante pour notre santé. L’éducation nutritionnelle, mais aussi les conseils pratiques et la motivation sont indispensables pour y arriver au quotidien et sur la durée.
C’est donc tout naturellement qu’Happybiote est né. Créer des « promos » via des groupes fermés Facebook d’une durée de 6 semaines, animés chaque jour avec grâce à des contenus, des messages de motivation, du partage...
Apprendre à se faire plaisir en mangeant est une réelle priorité ainsi que vivre une expérience fun qui change vraiment ;-)
Happybiote n’est donc pas un régime, c’est une nouvelle vision sur son assiette ! Notre ambition est de devenir la 1ère marque de référence sur le microbiote.
 
 
Quel est votre coeur de métier et les marchés que vous visez ?
Notre coeur de métier est pour le moment l’accompagnement dans le changement alimentaire. Le marché ciblé concerne toute personne en quête d’une alimentation plus saine afin d’améliorer leur bien-être.

Qu’est-ce qui a changé depuis 1 an ?
Happybiote a doublé ses effectifs ! Nous sommes désormais 2 ;-) Nadejda Tio a rejoint l’équipe et prend en charge la partie « technique » du site internet. Nous avons désormais une offre à 89€ qui permet à un plus grand nombre d’accéder au programme pour un moindre coût.

Pourquoi avez-vous rejoint Valorial ?
Valorial a toujours été présent dès le début de Happybiote. Ils m’ont proposé de participer à des évènements, ont organisé des rencontres… des attentions appréciables lorsqu’on débute !
 
Contact :
Virginie Gergès
Happy Coach
Fondatrice
06 60 84 60 41

LEMPA

Laboratoire National de la Boulangerie Pâtisserie
 
Expert de l’innovation en BBVP, le Lempa a rejoint Valorial en 2018. Rencontre avec Pierre-Tristan Fleury, son directeur.
 
 
Quel est votre cœur de métier et les marchés que vous visez ? 
Créé en 1996, à l’initiative de la Confédération Nationale de la Boulangerie Pâtisserie Française et du Syndicat des équipementiers du goût EKIP (regroupant les fabricants de matériels de boulangerie français), LEMPA, situé à Rouen, est le Laboratoire National de la Boulangerie Pâtisserie ®. Labelisé C.R.T. (Centre de Ressources Technologiques) par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche suite à une évaluation de sa candidature par l’Agence Française de Normalisation (AFNOR), LEMPA a pour mission d’accompagner l’innovation sous toutes ses formes en Boulangerie Viennoiserie Pâtisserie, de la fourche à la fourchette.
Quelle est votre actualité du moment et/ou des prochaines semaines ?
Deux évènements majeurs font l’actualité du LEMPA : la Coupe de France des Ecoles de Boulangerie Pâtisserie et les Trophées de l’Innovation du salon mondial de la boulangerie : EUROPAIN. LEMPA est co-organisateur de ces deux rendez-vous se déroulant tous les deux ans à Paris. Sponsorisé par ENGIE, la Coupe de France a rassemblé pour la 6e édition, 12 écoles issues d’une sélection de plus de 40 établissements répartis sur toute la France. LEMPA a par ailleurs instruit plusieurs dizaine de dossiers d’innovation et rassemblé un jury d’experts chargés d’identifier les innovations de ruptures et ou les innovations incrémentales du moment. Avec plus de 50000 visiteurs issus de pas moins de 150 pays, cet évènement participe au rayonnement de la France depuis plus de 50 ans.
 
 
Pour quelles raisons adhérez-vous à Valorial ?
LEMPA accompagne l’innovation dans le secteur de la boulangerie viennoiserie pâtisserie biscuiterie chocolaterie depuis plusieurs dizaines d’années. Qu’il s’agisse d’un porteur de projet souhaitant lancer son activité ou d’une entreprise souhaitant externaliser sa R&D, LEMPA Laboratoire National de la Boulangerie Pâtisserie ® apporte une expertise adaptée. Conscient que dans un monde ultra connecté l’innovation doit se faire à plusieurs, LEMPA multiplie les partenariats. Adhérer à un pôle de compétitivité comme VALORIAL c’est participer à une démarche collective d’innovation en apportant sa part d’expertise afin d’en faire profiter l’ensemble des membres.
 
 
Quelle est votre vision de l’innovation dans les IAA et/ou quelle place accordez-vous à l’innovation au sein de votre entreprise ? 
LEMPA sait qu’il n’existe pas de "petites innovations" tant que le caractère innovant apporte une solution à notre société en constante évolution. Organiser la Coupe de France des Ecoles de Boulangerie Pâtisserie, coordonner les Trophées de l’Innovation, accompagner des entreprises de toutes tailles au quotidien dans leurs essais divers, ou participer à des projets de recherche collaborative, comme cela a pu être le cas dans le cadre du projet européen Low Energy Oven labélisé par Valorial, sont autant de formes possibles d’accompagnement de l’innovation. LEMPA publie par ailleurs régulièrement les résultats de ses travaux en analyse sensorielle par exemple avec le premier Guide Sensoriel de la baguette Française (cf. painmotamot.fr) ou sur ses essais de formulations à base d’ingrédients divers (cf. Panifier avec de la farine d’insectes, formuler des produits sans gluten, diminuer le sel dans le pain ...). LEMPA est un outil construit par et pour l’innovation. Doter d’un laboratoire d’analyse, d’un fournil d’application et d’un laboratoire d’analyse sensorielle, il trouve des solutions pour vos découvertes de demain et vous aide dans vos mises en marché.
Contact :
Pierre-Tristan Fleury
Directeur
LEMPA
02 35 58 17 75
 
 

LumenAi

Jeune pousse spécialisée dans l’intelligence artificielle, le machine learning et la data science, LumenAi a rejoint Valorial en 2017. Rencontre avec Camille Saumard, Senior data scientist.
 
 
Quel est votre coeur de métier et les marchés que vous visez ?
LumenAi est une Jeune Entreprise Innovante qui exerce dans le domaine de l’Intelligence Artificielle, du Machine Learning et de la Data Science. Elle crée des algorithmes de pointe offrant notamment des caractéristiques temps réel, permettant par exemple l’adaptation des modèles de prédiction en présence de flux continus de données. LumenAi est une jeune pousse issue du monde de la recherche scientifique et spécialiste de l’aide à la décision en temps réel.
 
Quelle est votre actualité ?
Nous sommes en train de travailler notamment sur une approche innovante pour la traçabilité des ingrédients. En effet, nous travaillons actuellement pour une start-up qui met en place une technologie révolutionnaire pour la traçabilité des produits. Cette approche est innovante de part la technologie utilisée et l’utilisation d’algorithmes de Machine Learning d’autre part permettant de tracer l’origine des produits (farine, vin, etc) et ainsi d’être en capacité de détecter des fraudes.
Par exemple la meilleure farine italienne provient du blé du Sud de l’Italie et une pratique fréquente est de faire pousser le blé au nord de l’Italie et de le transporter au sud avant de le vendre au nord. L’entreprise Barilla est très vigilante à cette pratique frauduleuse. Un autre exemple de fraude porte sur la vente de vins et une fraude courante est de faire passer du vin de provenance étrangère sous de fausses appellations de grands crus de bordeaux.
 
 
 
Pour quelles raisons avez-vous choisi de rejoindre Valorial ?
Pour plusieurs raisons :
- d’une part, le secteur agroalimentaire est en pleine expansion et sa transition vers le “numérique” ne fait que débuter. Même si les enjeux sont connus et posés, la plupart des entreprises de ce secteur restent observatrices et tergiversent à investir ne percevant pas le retour sur investissement à plus ou moins long terme.
- d’autre part, les projets collaboratifs : les besoins existent mais ne sont pas forcément identifiés par les acteurs du secteur agroalimentaire. D’où la nécessité d’échanger et de collaborer afin de cibler les besoins et construire une solution qui lui est adaptée.
- enfin, d’essayer d’apporter une vision simple et didactique du traitement statistique des données, dit du Machine Learning, dans l’écosystème agroalimentaire et qu’elle puisse être appréhendée comme une aide à la décision dans un but d’amélioration des processus et non comme un substitut des processus.
 
Quelle est votre vision de l’innovation dans les IAA et quelle place lui accordez-vous au sein de votre entreprise ?
L’innovation dans les IAA peut prendre différentes formes selon les différents coeurs de métier de la chaîne agroalimentaire.
En amont, avec les agriculteurs pour optimiser le rendement de leurs procédés agricoles par exemple ou prédire selon les conditions extérieures (météo etc, leur production a venir).
Au début de la chaîne de production, pour contrôler de la qualité des produits par exemple : des technologies qui, alliées aux algorithmes de ML, peuvent automatiser la traçabilité des produits et détecter des fraudes.
Sur la chaîne de production, cela peut se traduire par de la maintenance prévisionnelle des machines. Autrement dit, il s’agit, à un instant t, d’être capable de donner le niveau de dégradation du système avant même sa dégradation réelle. Les enjeux terrain d’un tel système sont multiples : ils permettent de suivre l’état du système en temps réel, de programmer des opérations de maintenance, d’anticiper des pannes, et ainsi de diminuer à termes des coûts importants souvent liés à l’urgence de la situation.Ce ne sont que quelques exemples, mais on pressent bien que les perspectives sont immenses.
 
Enfin, L’innovation est une composante même de notre entreprise. Nous avons un laboratoire de recherche et nous collaborons avec le milieu académique afin de conserver une dynamique nous permettant d’une part d’être à l’état de l’art avec la recherche en Machine Learning et d’autre part de créer de nouveaux algorithmes.
 
 
Contact :
Camille Saumard
Senior data scientist
LumenAi
 
 

Hoali

Hoali, l’application qui vous simplifie la vie avec vos déchets, pour une planète propre. Rencontre avec Alexandre Solacolu, son fondateur.
 
 
Pourquoi avez-vous créé Hoali ? 
Nous avons créé Hoali car nous nous sommes rendus compte que bien que la plupart des emballages des produits de grande consommation soient recyclables, seule une petite partie finissait dans la chaîne du recyclage.
Bien évidemment cela pose de très gros problèmes sur le plan environnemental. Mais c’est également une potentielle bombe à retardement pour les marques qui se retrouvent de fait
en train de mentir à leurs consommateurs qui pensent que, puisque c’est recyclable c’est recyclé ! Or nous sommes rentrés dans l’ère de la confiance et c’est vraisemblablement une des valeurs les plus fortes que les marques vont devoir cultiver.
Donc notre ambition est de faire en sorte de renforcer la confiance que les consommateurs ont envers les marques en sécurisant la fin de vie des emballages, en faisant en sorte aumaximum que “100% recyclable” corresponde à “100% recyclé”.
 
 
Quel est votre coeur de métier et les marchés que vous visez ? 
Hoali développe des outils basés sur le numérique visant à faire en sorte que l’ensemble des déchets d’emballages terminent dans la bonne poubelle, c’est à dire celle qui limite l’impact environnemental et permet de recycler ou valoriser le déchet.
Pour cela nous avons créé une application permettant aux usagers d’avoir toutes les informations nécessaires pour faire le bon geste de tri mais également trouver la poubelle la plus proche de soi.
Mais surtout, et c’est là que réside notre innovation, notre application permet de consigner tous les déchets dans sa propre poubelle .
Concrètement cela veut dire que notre application permet d’enregistrer l’activité des usagers avec leurs déchets comme s’ils les ramenaient dans des conteneurs connectés… A la “nuance” prêt que tous les déchets sont éligibles et que l’usager n’a pas besoin de se déplacer.
En contrepartie les usagers pourront recevoir des gratifications comme par exemple des bons de réductions sur les marques qui, en étant partenaires, souhaitent valoriser leurdémarche RSE par une approche innovante..
Mais au-delà du fait de valoriser la démarche RSE de la marque, c’est le moyen de renforcer l’engagement des consommateurs envers les marques qui vont se connecter à eux au travers de notre application.
Cet engagement c’est celui d’une marque qui dit “nous avons tout mis en place pour que nos produits impactent le moins possible l’environnement et nous avons besoin de vous
pour aller au bout du processus… Car seul le consommateur a le pouvoir de faire qu’un emballage finisse sa vie dans la bonne poubelle !”.
 
 
Qu’est-ce qui a changé depuis 1 an ?
Grâce à Valorial nous avons pu confronter nos intuitions auprès de certaines marques adhérentes. Ces échanges nous ont permis d’affiner notre point de vue et de faire les ajustements permettant de développer un outil utile aux usagers et qui s’adapte aux
problématiques des marques de l’agro-alimentaire.
Grâce à cette année d’itérations avec un panel d’adhérents de Valorial, dont certains sont devenus des partenaires, nous sommes prêts à mettre à disposition de toutes les marques de l’agroalimentaire, un nouveau type de canal de communication qui permettra à chacune d’entre elles de toucher directement la communauté de ses propres consommateurs, comme celle, plus large, des utilisateurs engagés de notre application.
 
Contact :
Hoali
Alexandre Solacolu
 
Télécharger l’appli :
 

RealyZ

Leader français des solutions de réalité virtuelle immersives et mobiles, RealyZ poursuit son développement sur le marché des IAA notamment. Rencontre avec Marc Travers, Responsable Commercial & Innovation, qui vient de rejoindre la communauté Valorial, et qui exposait sur l’Espace Solutions du dernier Colloque Valorial.
 
 
 
Quel est votre cœur de métier et les marchés que vous visez ?
RealyZ est une société créée il y a 7 ans dans le but d’offrir des solutions de Réalité Virtuelle (RV) "clé en main" et "sur mesure" alliant haute technologie et performance dans une approche budgétaire abordable pour les TPE/PME.
En effet avant la création de RealyZ, en mars 2011, cette technologie était utilisée uniquement par de grands groupes d’industriels des domaines de l’Automobile, du Navale, de l’Aéronautique et dans le domaine de la Défense.
Dès lors les TPE/PME de ces mêmes secteurs d’activités, munies de logiciels 3D, s’équipent de solutions de RV via une offre de service RealyZ proposant, à la location et à la vente, divers dispositifs immersifs et interactifs de RV conçus de façon à répondre aux besoins spécifiques des professionnels.
Aujourd’hui et depuis 3-4 ans, de nouveaux secteurs d’activités, tels que le bâtiment et les IAA découvrent cette technologie et ce qu’elle peut leur apporter.
Bien entendu les pratiques mises en place dans les domaines historiques utilisant la RV sont transposables au domaine des Industries Agroalimentaires, c’est pourquoi RealyZ propose son expertise, ses compétences et ses solutions pour accompagner les professionnels des IAA dans l’intégration et la mise en place de cette technologie.
Une équipe de 12 personnes est présente au siège social à Louverné (53) et bientôt 15 personnes, puisque 3 nouveaux recrutements sont prévus avant fin 2017. Nous avons également une agence à Québec (Canada) pour couvrir le marché Nord Américain, une agence à Lyon pour la partie sud-est de la France, et bientôt à Reims (nord-est) et Bordeaux (sud-ouest). Ceci pour arriver à environ 30 personnes d’ici fin 2018.
 
 
Quelle est votre actualité du moment ?
2 actualités importantes à noter récemment chez RealyZ avec, d’une part, le développement, la conception et la commercialisation de 2 nouveaux systèmes immersif et interactif de RV Mobile :
- Le MobilyZ5 : 1er cube de RV mobile avec 5 écrans de projection (sol, face, gauche, droite, et plafond) permettant une immersion et interaction complète sur site.
- La ValyZ : Dispositif ultraportable de RV en 1 face murale projetée permettant des déplacements en voiture, train et même en avion (dimension bagage à main) et une mise en place rapide et simple du système.
 
D’autre part un audit européen a été orchestré par un grand donneur d’ordre du monde de l’automobile auprès de 18 entités de la RV (entreprises, organismes publics et parapublics, centres de Recherche & Développement, laboratoires) qui a permis de sélectionner RealyZ pour mettre en place la RV dans l’approche "Industrie 4.0" au sein des usines et ateliers de production, conditionnement, traitement, assemblages... Ce qui va permettre à RealyZ de passer un cap important dans son développement.
 
 
Pour quelles raisons adhérez-vous à Valorial ?
RealyZ détient un savoir-faire et une expertise peu commune au sein d’autres entités de la RV grâce notamment à l’effectif de RealyZ qui compte, pour la plupart, entre 10 et 15 ans d’expériences dans le domaine de la RV. Nous mettons donc à profit cette expérience acquise en proposant un accompagnement et des solutions pragmatiques et dédiées aux besoins propres de nos clients. Nous bénéficions d’ailleurs d’une vrai reconnaissance de la part de nos clients et nous en somme fiers.
Malgré cela les technologies de la RV souffrent encore d’une méconnaissance de la part des professionnels du secteur des IAA et sont souvent associées à un coût important et une mise en place longue et fastidieuse. Si cela était surement vrai il y a quelques années, ce n’est plus le cas aujourd’hui !
Aussi nous pensons que Valorial peut nous permettre de faire découvrir RealyZ et nos offres auprès des professionnels des IAA afin qu’ils puissent se rendre compte des solutions et accompagnements proposés par RealyZ, adaptés à leurs besoins, et ainsi avoir accès à des professionnels qui auront l’opportunité de confronter leurs besoins à notre expertise.
Notre démarche d’adhésion consiste donc à faire découvrir RealyZ et nos prestations dédiées aux IAA et ainsi essayé de changer les idées reçues sur ces technologies et faire découvrir des solutions permettant de faire gagner du temps dans les phases de planification, de validation, de conception, de communication, de commercialisation... sans mettre en péril les projets d’entreprises grâce à des tarifs cohérents et une démarche rapide de mise en place.
Également cela a été une question de personne et de rencontre, en effet l’équipe de Valorial nous a permis à plusieurs reprises de rencontrer des entreprises du secteurs des IAA qui sont devenues nos clients, partenaires et avec qui nous travaillons toujours sur de nouveaux projets.
 
 
Quel type de projet et d’innovation proposez-vous dans les IAA et pour quelles typologies d’entreprises ?
L’utilisation de la RV dans les IAA est très vaste, voici quelques projets réalisés et en cours de réalisation par RealyZ :
- Action de communication/marketing sur évènementiel salon,
- Étude Design packaging produit,
- Présentation de produits ou de concepts en prototypage virtuel,
- Aménagement d’usines (Agencement des process, optimisation des flux de production, Conception poste de travail),
- Santé / Sécurité (Optimisation ergonomique des postes de travail, Validation d’encombrement et d’accessibilité des zones dangereuses),
- Formation des opérateurs.
 
Les missions les plus récurrentes dans les IAA sont liées à l’aménagement d’usines, de process et poste de travail. Permettre à nos clients de valider les plans d’aménagements prévues par leurs fournisseurs et potentiellement découvrir en amont les éventuelles erreurs de conception, d’encombrement, d’accessibilité...
L’intérêt de l’approche RealyZ est d’installer l’un de nos systèmes de Réalité Virtuelle (MobilyZ4, MobilyZ5 ou ValyZ suivant le projet) au sein même de l’usine (bureau, atelier, site de production) afin de proposer aux acteurs du projet (Opérateurs, membres de l’équipe projet, Resp. travaux neufs, Resp. production, Resp. maintenance, Resp. santé/sécurité, membres du CHSCT, les équipes maintenance, production et bien sûr la direction) de découvrir, expérimenter, critiquer, optimiser et valider ensemble le projet autour d’une maquette virtuelle 3D relief à l’échelle 1:1 et de façon collaborative en les projetant dans leurs futurs aménagements "comme s’il y étaient".
 
Ainsi RealyZ a accompagné et collaboré avec bon nombre de professionnels des IAA et les accompagnent toujours sur de nouveaux projets.
Nous avons pour clients et partenaires aussi bien des grands donneurs d’ordre comme LACTALIS, SVA Jean Rosé, DAUNAT, BORDEAU CHESNEL, BRIDOR... et également des intégrateurs et fournisseurs des Industries AgroAlimentaires, comme JYGA PROCESS, AVRILLON, ALPMA, OET...
Certains équipementiers sont en phases de s’équiper de solutions RealyZ en interne pour proposer ces services et projets à leurs clients, en toute autonomie, puisque nos solutions sont vendus "clé en main", via une formation spécifique à nos systèmes.
 
Contact : 
RealyZ
Marc Travers
Responsable Commercial & Innovation
Twitter : @RealyzTech
 
Crédit photo : Realyz

Sairem

Quel est votre cœur de métier et les marchés que vous visez ? 
Depuis sa création en 1978, Sairem est devenue le spécialiste international des micro-ondes et des hautes fréquences et continue à croître dans le monde entier avec plus de 80 % du chiffre d’affaires dans plus de 50 pays. Aujourd’hui, Sairem a plus de 45 salariés.
Les équipements développés par Sairem permettent une très bonne maîtrise de la température, dans le respect des normes sanitaires et dans des temps de traitement très courts pour le tempérage, la décongélation, la pré-cuisson, la cuisson, la pasteurisation, la stérilisation, la débactérisation, la désinsectisation, le réchauffage, la déshydratation, l’extraction, le séchage, etc...
 
 
Quelle est votre actualité des prochaines semaines ?
Nous serons présent au CFIA à Lyon en novembre 2017 ainsi qu’au FIE à Francfort fin novembre 2017.
 
Pour quelles raisons adhérez-vous à Valorial ?
Nous avons adhéré depuis de nombreuses années à Valorial car nous avons toujours considéré que ce réseau était très important afin d’établir un lien très fort entre les industriels transformateurs, les coûts de recherche et les équipementiers.
 
 
Et votre vision de l’innovation ?
Notre société dépense environ 10 % de notre CA en R&D afin de poursuivre l’amélioration de nos machines, mais aussi afin de développer de nouveaux produits pour répondre à la demande des industriels. Le R&D passe bien sûr par des projets en France (ANR et FUI) et aussi des projets européens.
 

Contacts :
Sairem
Jean-Paul Bernard
Directeur Général
Elisabeth Mag
Assitante marketing
12 porte du Grand Lyon
01700 NEYRON, FRANCE
Tel. +33 4 27 85 01 59
Fax+33 (0)4 72 01 81 79
 
Crédit photo : Sairem

Gladys

Gladys est un environnement digital tout-en-un pour collaborer et innover en toute simplicité. Rencontre avec Erwan Knittel, son co-fondateur et DG, que vous pourrez rencontrer dans l’Espace Solutions du colloque le 30 novembre prochain !
 
 
Pourquoi avez-vous créé Gladys ?
Il y 4 ans, avec mon associé Guillaume Lépine, nous avions l’intuition d’arriver au bout du bout des méthodes traditionnelles de travail : trop de silos, trop peu de réel partage d’information, trop d’outils de suivi spécifiques et hétéroclites …
 
Alors, pour donner les moyens aux organisations de devenir davantage agiles, collaboratives afin d’être plus innovantes, nous avons imaginé Gladys : une plateforme où tous les intervenants d’un projet (collaborateurs, clients, fournisseurs, consultants) se retrouvent pour échanger, travailler et innover ensemble.
Quel est votre cœur de métier et les marchés que vous visez ?
Gladys propose toute une série de fonctions dédiées à la veille, au recueil d’idées et au pilotage de l’innovation pour faciliter la vision d’ensemble, la compréhension des risques et bien sûr un reporting efficace pour les Directeurs.
 
Nous aimons solliciter l’intelligence collective et nous travaillons avec nos clients pour définir leurs nouveaux usages avec une double ambition : rendre leurs propres organisations plus agiles et plus performantes, et ce, afin de leurs permettre à leur tour de co-créer avec leur collaborateurs et leurs utilisateurs autour de la digitalisation des processus métiers, du pilotage des projets d’innovation …
 
Pour réduire le frein à l’adoption que peut constituer un outil numérique, nous avons utilisé la méthode de Design Thinking pour développer une interface très simple, et très intuitive. Aujourd’hui 90% de nos utilisateurs n’ont même pas besoin de formation à l’outil. Cela permet une adoption rapide par le plus grand nombre.
Et une fois les informations stratégiques disponibles pour tous, tout le potentiel humain peut s’exprimer pour prendre les meilleures décisions.


 
Qu’est-ce qui a changé depuis 1 an ?
Pour une startup, beaucoup de choses changent en un an ! Mais il y en a une qui n’a pas changé et qui se confirme même de jour en jour comme en témoignent nos belles références : c’est notre vision et notre ambition initiale que Gladys apporte une réelle valeur ajoutée et un confort structurant aux organisations qui cherchent à se transformer.
La Mie Câline, Jean Routhiau, Allice sont quelques références dans l’agroalimentaire qui nous font confiance sur des sujets aussi divers que la digitalisation de processus d’innovation, le pilotage de projets de recherche, la mise en marché de nouveaux produits, l’animation de réseaux…
 
 
Que recherchez-vous dans la communauté Valorial pour la suite de votre développement ?
Devenir adhérent de Valorial, c’est pour nous l’occasion de rejoindre une communauté dynamique qui partage comme nous la passion de l’innovation, de ses nouvelles méthodes, de ses nouveaux outils dans le domaine noble de l’agro-alimentaire.
Fort de cette approche collaborative, Gladys peut également apporter des retours d’expériences et les bonnes pratiques présentes dans d’autres secteurs.
 
Alors n’hésitez à venir nous rencontrer au colloque Valorial du 30 Novembre, nous serons présents dans « l’espace solutions » !
 
 
Contact :
Gladys
Erwan Knittel
Directeur Général (CEO)
tél. 06 79 01 55 94
 
 

Enerdigit

Opérateur d’effacement énergétique

Enerdigit, solutions innovantes d’effacement énergétique
Rencontre avec Bénédicte Pléau, Dirigeante de cette jeune pousse du secteur des smart grids.
 

Pourquoi avez-vous créé Enerdigit ?
Enerdigit répond à deux constats : la nécessité d’équilibrer le réseau électrique lors de pointes de consommation ainsi que le besoin pour les industriels d’alléger leur facture énergétique. Notre ambition est de devenir acteur à part entière dans la transition énergétique et de faire participer les consommateurs industriels dans l’équilibre offre/demande du réseau électrique.
 
 
Quel est votre cœur de métier et les marchés que vous visez ? 
Un effacement consiste à arrêter sa consommation d’électricité pendant un temps défini afin de soulager le réseau électrique pendant une pointe. Pour un industriel, l’effacement consiste à arrêter un de ses moyens de production.
Nous rémunérons nos partenaires industriels pour ce service de délestage. Les entreprises concernées peuvent intervenir dans divers secteurs d’activités industriels comme l’agroalimentaire, la métallurgie, les travaux publics, la production et l’assainissement d’eau…
De plus, Notre cœur de métier se trouve au croisement des secteurs de l’énergie et du numérique. En effet, nous sommes spécialisés dans des domaines tels que le fonctionnement du réseau électrique, la production d’électricité décentralisée, les marchés de l’électricité, le développement informatique et l’analyse statistique.
 
 
Qu’est-ce qui a changé depuis 1an ? 
Depuis un an, Enerdigit a gagné la confiance de nombreux acteurs industriels, notamment dans le secteur de l’agroalimentaire.
De plus, fort de notre implication dans le projet SMILE, nous participons à la création d’un GIE dans le but de proposer une offre visant à accélérer la performance énergétique des usines grâce aux technologies numériques. Ce projet, labelisé par Valorial, regroupe les sociétés : OET, NKE Energiency, EDF, Siemens, Akajoule, Entech et Enerdigit.
 
Que recherchez-vous dans la communauté Valorial pour la suite de votre développement ?
Valorial est au cœur d’un réseau de professionnels opérant dans l’agroalimentaire. Adhérer au pôle nous permet d’accéder à une information permanente et qualifiée sur ce secteur d’activité.
Nous pouvons ainsi contribuer et nous impliquer dans divers projets et échanges liés au domaine de l’agroalimentaire.
 
 

Contacts :
Enerdigit
- Bénédicte Pléau, Dirigeante
- Audrine Bodin, Chargée Marketing
- Alexandre Kubos, Responsable technique
- Adrien Guillonnet, Ingénieur informatique industriel
Tel : 0285524038
 

Secrets de famille

La conserverie artisanale qui décoiffe !
 
Elle avait fait sensation en juin dernier à l’EstiValorial avec un pitch décalé. Rencontre avec Sandra Kerloc’h, Co-gérante de la société avec sa sœur Sarah Jettain, qui ont rejoint Valorial cette année.
 
Quel est votre cœur de métier et les marchés que vous visez ?
Secrets de famille est une conserverie artisanale haut de gamme spécialisée dans la charcuterie, qui valorise les produits du terroir et les revisite en leur apportant une touche innovante. Nous avons créé la société en 2005 avec ma sœur Sarah. L’entreprise compte 9 salariés aujourd’hui et est installée à Châteauneuf-du-Faou au cœur du Finistère. Nous fabriquons et commercialisons des produits en bocaux, verrines et en conserve sous les marques « Secrets de famille » destinée aux épiceries fines et boutiques spécialisées, « Les Frangines » distribuées en jardineries et le « Pâté d’ cochonne » commercialisé GMS. Un produit qu’on a lancé en 2015 pour nos 10 ans. On travaille aussi à façon pour des éleveurs locaux, des charcutiers. On a développé des gammes de rillettes, tartinables, pâtés, foies gras, mousses, soupes, plats cuisinés et desserts, en conjuguant recettes traditionnelles et innovations, avec une attention toute particulière apportée aux produits locaux, à la qualité, au naturel et à la santé. Au final, ce sont des produits qui nous ressemblent, développés autour de l’apéritif notamment, gourmands, festifs et conviviaux.
 
Vous travaillez sur quoi en ce moment ?
Notre actualité est assez chargée. Nous préparons le lancement début octobre de nouveaux tartinables en épiceries fines. Nous serons au Salon des Vins et de la Gastronomie de Quimper fin novembre. Juste avant, on participe à un « Reboot Camp » lors de 360 Possibles à Brest avec notre Pâté de cochonne. Et puis on travaille sur les plans de notre futur bâtiment.
 
Qu’est-ce qui vous a amené à adhérer à Valorial ?
Nous souhaitions rejoindre un réseau existant autour de l’innovation. C’est chose faite ! Au-delà du networking, Valorial nous apporte aussi une information pointue sur laquelle on peut construire. On y a trouvé une équipe motivée et professionnelle pour nous accompagner, dans la convivialité. Nous sommes très complémentaires avec ma sœur, qui gère tout le côté technique. On apprécie vos différents types d’événements, pour les rencontres, comme pour la veille et les expertises technologiques.
 
 
Quelle place accordez-vous à l’innovation au sein de votre entreprise ?
Elle est primordiale si on veut se développer. C’est un enjeu stratégique. On ne s’en rendait pas vraiment compte jusqu’ici mais on est vraiment tourné vers l’innovation au quotidien. Nous améliorons nos recettes en permanence en cherchant de nouvelles solutions pour parfaire les saveurs, les textures, les assemblages, travailler l’onctuosité, le liant etc… Un ingénieur agro qui vient de terminer son stage de 6 mois nous a aidé à développer plus de 40 nouvelles recettes ! On doit garder un coup d’avance en permanence sur nos concurrents, et pour continuer à être référencé, il faut apporter de la nouveauté. C’est dans notre ADN. Nous devons aussi prioriser et garder le bon timing pour assurer le développement de l’entreprise. Notre projet de nouveau bâtiment représente un investissement important, mais pourquoi pas nous lancer ensuite dans un projet collaboratif d’ici 1 an et demi.
 
Contact :
Secrets de famille
Sandra Kerloc’h
Sarah Jettain
 

Kamahu

Rencontre avec Kilian Delorme (CEO) et Julien Gaslain (Lead Developper) qui ont lancé KAMAHU, jeune start-up spécialisée dans les solutions SAAS pour l’aquaculture.
 
 
Pourquoi avez-vous créé Kamahu ?
KAMAHU a été créée pour accompagner les mutations du secteur piscicole en France et en Europe, et plus généralement le développement de l’aquaculture. Nous commercialisons en effet une offre de services informatiques innovants dans le domaine du suivi d’élevage et de la planification de production, notamment pour la pisciculture.
L’aquaculture est promue à un grand avenir : c’est une des réponses à la fois au besoin de sécurité alimentaire pour la population mondiale croissante (on estime à 795 millions le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde en 2017 et à 9 milliards la population mondiale à l’horizon 2050) et à la baisse des ressources issues de la pêche, ainsi qu’une alternative aux produits carnés.
Il n’est donc pas surprenant que ce soit le secteur qui connaisse depuis plusieurs années la plus forte croissance en matière de production alimentaire : l’aquaculture fournit déjà près de 50% du poisson consommé dans le monde et l’élevage est très représenté pour certaines espèces (93 % du saumon de l’Atlantique en est par exemple issu).
Ces enjeux concernent aussi bien l’aquaculture continentale que marine (https://www.nature.com/articles/s41...), même si cette dernière est peu développée en France (5 000 tonnes de poissons sont produites annuellement, contre par exemple 100 000 tonnes en Grèce et près d’un million de tonnes de saumon en Norvège).
Dans un contexte de tension énergétique, de forte dégradation environnementale et de réchauffement climatique dont les conséquences seront plus prégnantes encore (phénomènes climatiques violents, terres immergées, sécheresse…), quel modèle agricole permettra de nourrir la population mondiale et de procurer la sécurité alimentaire tout en préservant la planète ?
En ayant vocation à accompagner le développement de l’aquaculture, KAMAHU apporte sa (toute) petite pierre à l’édifice.
 
Quel est votre cœur de métier et les marchés que vous visez ? Notre cœur de métier est la fourniture de services logiciels de suivi d’élevage aquacole.
KAMAHU possède une expertise en développement logiciel (technologies web) et intervient la plupart du temps dans des contextes d’innovation technologique, souvent en lien avec de l’électronique, de la RFID, des problématiques liées au décisionnel, du développement de systèmes d’information dédiés et de la traçabilité alimentaire.
La société est indépendante et attache une très grande importance aux technologies utilisées, qui sont toutes open-source ; nous évitons autant que faire se peut les offres des grands éditeurs américains.
Nous commercialisons un service logiciel dédié à la pisciculture et baptisé mykiss, en référence à oncorhynchus mykiss, le nom scientifique de la truite arc-en-ciel. Cet outil s’appuie sur une première plate-forme conçue en 2012/2013 pour un groupe de piscicultures finistériennes qui avaient besoin de reporting multi-sites en temps réel et de prévisions de production pertinentes. Cette plate-forme en mode SAAS (« software as a service ») est encore à ce jour la seule opérationnelle en Europe de ce type dédiée à la pisciculture.
mykiss est une application métier et un moteur de workflow disponibles sur Internet. A partir d’une saisie quotidienne d’informations (10 minutes maximum) sur les sites de production, il est possible de visualiser à tout moment la situation générale des élevages. mykiss fournit ainsi en temps réel des indicateurs de performance (gains de biomasse, courbes de croissance, taux de rationnement, indices de conversion et comparaisons avec les données théoriques attendues etc.) et permet de faire des prévisions commerciales, de visualiser les écarts entre la production et le prévisionnel, d’assurer une traçabilité totale (mouvements ayant affecté les bassins, alimentation distribuée, mélanges de lots, passage au rosissement, couvertures des vaccins, traitements administrés, géniteurs etc.) et de répondre ainsi aux exigences de l’industrie agro-alimentaire.
Les points forts de mykiss sont notamment la simplicité d’utilisation / l’ergonomie intuitive, la fiabilité, la souplesse, les contrôles, la sécurisation, le reporting et le pilotage.
 
 
Et votre positionnement ?
KAMAHU ambitionne de devenir le fournisseur de services de référence pour l’aquaculture française en matière de suivi d’élevage, et de prendre place progressivement en Europe.
Son développement passe par une conquête du marché de l’élevage de salmonidés (44 000 tonnes de ventes annuelles dont plus de 80% de truite arc-en-ciel) en Bretagne puis en France et progressivement en Europe, puis une déclinaison pour la pisciculture d’autres espèces et enfin la conception de services complémentaires pour d’autres productions aquacoles.
Le marché français de la pisciculture reste toutefois un marché de niche, par ailleurs très concentré ; 50 % de sa production annuelle est réalisée par une vingtaine d’entreprises. Cela nous impose d’opter dès le départ pour un déploiement à l’international vers quelques pays cibles.
De par son histoire en matière d’aquaculture et de par les innovations diverses et les nombreux programmes de recherche qu’elle porte, la Bretagne nous permet cependant d’adresser tous les marchés aquacoles : celui des poissons bien sûr (c’est la seconde région piscicole française), mais aussi celui des coquillages (conchyliculture : ostréiculture, mytiliculture et halioticulture), des crustacés (astaciculture et pénéiculture) ou encore des algues (algoculture). C’est à la fois un laboratoire et une terre d’avenir, qui possède aussi une filière d’enseignement aquacole renommée. De même, les transformateurs sont présents et toute l’industrie agro-alimentaire bretonne est reconnue pour son savoir-faire.
 
Quelle est votre offre de service pour le secteur agroalimentaire ?
Nous servons d’interface entre les producteurs et les transformateurs en proposant un outil dont certaines fonctionnalités peuvent être partagées pour assurer une plus grande intégration, du moins dans la transmission de l’information.
Le service mykiss permet de répondre à plusieurs problématiques :
- les regroupements de fermes aquacoles autour d’usines de transformation engendrent des besoins de consolidation dans un objectif de prises de décision rapides ;
- la commercialisation en grande distribution impose une exigence de traçabilité poussée (et de réactivité) pour supporter le marketing client et la sécurité alimentaire ;
- la dispersion des sites crée une nécessité de reporting multi-sites à distance en temps réel et
- les durées d’élevage génèrent un impératif de fiabilité dans la planification alors que la visibilité sur le long terme permet de lisser la production pour répondre à une demande régulière de produits transformés.
Or, il n’existe pas à ce jour en Europe d’offre de service répondant à l’ensemble de ces besoins pour l’aquaculture. Avec notre offre SAAS, nous donnons un accès direct à des remontées d’information terrain et à des prévisions de production mises à jour en temps réel. L’analyse de performance est facilitée, le suivi de la traçabilité alimentaire immédiat et le respect des cahiers des charges GMS facilité.
mykiss peut par ailleurs servir d’outil pour l’information du consommateur et pour rassurer sur l’origine, les modes de production, les traitements etc. ; c’est aussi une base pour l’intégration de nombreux capteurs voire d’automates.
Enfin, l’analyse des données (performance de l’aliment, analyse financière des stratégies de production, benchmarking régional, etc.) est évidemment au cœur des développements actuels. En matière de big data, comme l’indique le proverbe, « all is fish that comes to the net » (on peut tirer intérêt de l’analyse de chaque information) ; les données terrain, anonymisées, peuvent évidemment contribuer à optimiser la performance en aquaculture.
KAMAHU s’engage par ailleurs sur le respect de la confidentialité, la sécurité des données, la transparence et l’indépendance qui ont été pour elle des impératifs pour gagner la confiance de ses clients.
Enfin, il faut souligner que nous avons développé le service mykiss à la demande de pisciculteurs et de transformateurs et que ce sont eux qui ont déterminé les logiques métiers. Nous nous sommes efforcés de proposer une solution très intuitive et rapide à utiliser, pour coller aux besoins du terrain et intégrer les contraintes liées aux environnements difficiles. Il a fallu faire simple (« Keep it simple ») et il n’est pas toujours facile de faire simple ! Surtout avec un souci d’exhaustivité et de remontées d’informations suffisantes pour permettre l’analyse. Mais en finale, c’est bien le respect des exigences des utilisateurs qui a conditionné le succès et l’adhésion au service.
 
Que recherchez-vous dans la communauté Valorial pour votre développement ?
L’adhésion de KAMAHU à Valorial s’inscrit dans une démarche visant à accroître notre visibilité, à travailler en partenariat sur des projets collaboratifs, innovants et spécifiques pour la filière, à contribuer à proposer une offre à la pointe de l’innovation en matière de traçabilité pour les IAA, à bénéficier de l’accompagnement du pôle (salons, conférences, mises en relation etc.). C’est aussi pour nous un moyen d’assurer une veille technologique sur le secteur des IAA.
Nous ne sommes pas en recherche de financement mais il est certain qu’un apport de fonds nous permettraient d’aller plus vite (la concurrence internationale finalise la conception de services similaires) et de mettre en place des modules complémentaires pour d’autres activités aquacoles que la pisciculture.
Enfin, nous sommes à la recherche de partenaires pour le déploiement commercial à l’étranger (participation conjointe à des salons, accord commercial etc.).
 
Le mot de la fin ?
Dans le contexte actuel, il semble impératif de soutenir technologiquement les éleveurs de la filière piscicole et d’assurer la meilleure qualité possible pour le consommateur ; l’innovation est par ailleurs la seule solution pour ne pas être relégué en simple utilisateur de solutions conçues hors Europe et rester acteur.
Rappelons que la Chine représentait en 2013 58,8% de la production aquacole mondiale, l’UE à 28 seulement 1,25 %, et que la production piscicole européenne stagne depuis des années quand des nouveaux projets très ambitieux (et loin des scandales sanitaires et environnementaux qui défraient de temps à autre la chronique) voient le jour hors d’Europe. Pourtant, l’aquaculture est bien un secteur d’avenir, et la Bretagne et la France ont tous les éléments pour réussir.

Contact :
Kamahu
Kilian Delorme
CEO
contact kamahu.com
06 07 84 40 54 
twitter : @kamahu29 
 
 

HPP Atlantique

Avec sa technologie innovante de pasteurisation à froid par haute pression, HPP Atlantique est le 1er prestataire français dans ce domaine, pour la recherche, l’innovation et la production industrielle. Rencontre avec Jean-Sébastien Tamisier, Directeur Général.
 
Quel est votre cœur de métier et quels sont les marchés que vous visez ? 
HPP Atlantique, prestataire en pasteurisation par haute pression à froid, développe cette technologie de rupture en France. Nous pasteurisons les produits de nos clients industriels sur notre site de Nantes. Nous les accompagnons aussi sur les phases de R&D en partenariat avec le CTCPA. Les produits frais arrivant chez nous dans leurs emballages étanches sont introduits dans une enceinte qui est remplie d’eau puis montée en pression rapidement jusqu’à 5 000 ou 6 000 bars. Le temps de maintien dure ensuite quelques minutes. Cela permet d’inactiver une grande partie des flores microbiennes banales et pathogènes sans que le produit soit chauffé. On allonge alors la durée de vie des produits frais tout en préservant bien mieux leurs qualités nutritionnelles, leurs couleurs et leurs qualités sensorielles.
 
Nos clients basés sur l’ensemble du territoire français, ont des tailles et des métiers très divers et développent avec nous des gammes de produits frais pour tous les secteurs de la distribution.
 
Vous travaillez sur quoi en ce moment ?
Les produits de la mer ont fait leurs preuves dans les domaines de la haute pression et continuent à se développer, principalement avec des filets de poissons vendus au rayon marée. De plus en plus de produits tartinables à base de proteines animales ou végétales sont mis au point et commercialisés (hummus, guacamole, rillettes…). Les jus ultra frais pasteurisés HP connaissent une forte croissance même s’ils ne représentent aujourd’hui qu’un marché naissant. Bien sur, les produits transformés à base de viande tel que jambon, produits tranchés, pâtés trouvent un intérêt par l’allongement de leur durée de vie et la possibilité d’exporter par bateau et plus par avion. Enfin, de plus en plus d’applications existent sur les produits laitiers de tout ordre, en passant du fromage, à la crème pour aller jusqu’au beurre.
 
Qu’est-ce qui vous a amené à rejoindre Valorial ?
La pasteurisation haute pression est encore très mal connue en France et les moyens d’y accéder sont très coûteux de par le prix d’achat du matériel. Valorial est une courroie de transmission entre HPP Atlantique et les entreprises de l’ouest où nous sommes installés. Par le biais de projets individuels ou collaboratifs, nous avons vocation à faire connaitre, comprendre les contraintes, former, aider à trouver de nouvelles idées, accélérer l’innovation, utiliser des idées ou concepts qui existent ailleurs dans le monde, développer de nouveaux produits, et tout cela autour d’une technologie qui n’en est qu’au début de son développement. 
 
Quelle est votre vision de l’innovation ?
L’innovation est notre quotidien puisque tous les produits que nous développons apportent une solution innovante à nos clients et aux consommateurs. Nous sommes persuadés que l’innovation passe par de nouvelles solutions technologiques. La haute pression c’est un peu comme l’arrivée du numérique après l’argentique. La transformation du marché sera sans doute moindre mais cette rupture doit pouvoir apporter à tous des solutions nouvelles pour consommer plus frais, moins transformé, avec moins ou sans additifs ni conservateurs, et des produits de qualités nutritionnelles et organoleptiques bien supérieures.
En étroite collaboration avec nos clients et partenaires, nous travaillons à réaliser une mission : rendre accessible l’innovation par la pasteurisation à froid par haute pression !
 
Contact :
Jean-Sébastien Tamisier
Directeur Général
HPP Atlantique
 

Leancure

Leancure : les technologies connectées au service de l’industrie
 
Rencontre avec Laurent Malgras et Laurent Jager, co-fondateurs.
 
 
 
Quel est votre coeur de métier ?
Laurent Malgras : "Comme vous le savez, l’amélioration de la productivité des lignes de fabrication est un défi permanent pour tous les industriels. Leancure s’est donné pour mission de démocratiser et de simplifier la mesure de la performance industrielle en concevant un outil de suivi de production en temps réel (M.E.S.) issu de la technologie web et des objets connectés. Installé en une journée sur toute ligne de production, il est 100% orienté productivité et management visuel."
 
 
Laurent Jager : "Leancure est le fruit de l’association de 2 ingénieurs expérimentés, l’un, spécialisé dans la conception de logiciels embarqués, l’autre dans les métiers liés à la production et à la gestion de production. Basée à Caen, notre jeune entreprise développe une solution pour l’industrie en partenariat avec ses clients afin de concevoir un outil simple, opérationnel et répondant au mieux aux exigences du terrain. Implanté depuis plusieurs mois chez différents clients, "Leancure View" équipe aussi bien des lignes de production automatisées à forte cadence que des lignes plus manuelles." 
 
 
Quelle est votre offre de services aujourd’hui ?
LM : "Oui, pour répondre à la demande de certains de nos clients, notamment dans l’agroalimentaire, Leancure étoffe son offre en développant un module de traçabilité, qui couplé au module M.E.S. permettra un suivi complet des lots des composants utilisés, ainsi que des mesures qualité des prélèvements réalisés en cours de production. Des revues de projet sont organisées régulièrement avec les clients pour s’assurer que l’outil corresponde parfaitement aux besoins et respecte les processus utilisés quotidiennement dans les usines."
 
Vous en êtes où dans votre développement ?
LJ : "Plusieurs chantiers d’installation dans le secteur de l’agroalimentaire mais également dans d’autres secteurs, dont l’automobile, sont prévus à la rentrée de septembre.
De nouvelles fonctionnalités vont également être développées pour renforcer l’efficacité de l’outil. Leancure attache toutefois une importance capitale à conserver une simplicité d’utilisation qui permet aux opérateurs d’être autonomes dans l’amélioration quotidienne et continue des résultats de la ligne de production qu’ils conduisent."
 
Qu’est ce qui vous a amené à rejoindre Valorial ?
LM : "Notre adhésion est récente puisque que c’est la première année. Le dynamisme des équipes, le nombre, la diversité et la qualité des animations proposées nous ont rapidement convaincu. Les premiers retours sont très positifs, notre participation à quelques évènements a permis d’échanger avec plusieurs industriels et de concrétiser des contrats."
 
Contact :

 
Laurent Malgras
Laurent Jager

Odournet

Odournet est une société qui fournit une expertise de haut niveau dans l’analyse des produits et matériaux pour optimiser leur développement, leur qualité et leur utilisation, en particulier pour la partie olfactive. Rencontre avec Margo Brenneur, consultante pour le secteur Produits & Matériaux.
 
 
 
Quel est votre cœur de métier ?
Odournet France propose une gamme de services complète pour l’analyse des produits et des matériaux issus de divers secteurs industriels, telle que la cosmétique, le textile, l’industrie chimique, l’agroalimentaire, et bien d’autres encore.
Nous travaillons avec un nombre important de panélistes entrainés pour étudier la perception des produits et être en mesure de réaliser des analyses sensorielles (mesure d’intensité, description…) mais aussi des tests de préférences. En parallèle, nous possédons un laboratoire de chimie analytique pour déterminer le profil moléculaire des échantillons.
Nos technologies et notre savoir-faire nous permettent de faire le lien entre les caractéristiques chimiques des produits et leur diagnostic perceptif, ce qui permet à nos clients d’avoir des leviers d’actions pour améliorer leurs produits par la suite.

Quelle est votre offre de service et son bénéfice pour le secteur IAA ?
Notre objectif auprès des industriels de l’agroalimentaire est de les accompagner tout au long du développement produit :
A l’échelle R&D, notamment pour comprendre et connaître les itinéraires techniques qui permettent d’aboutir au produit désiré, déterminer les seuils olfactifs de matières premières pour l’aromatisation, réaliser un profil moléculaire…
Au stade Contrôle Qualité, par exemple pour identifier des notes malodorantes sur les matières premières ou les produits, ou pour vérifier qu’il n’y a pas de migration de substances provenant du packaging.
Enfin en ce qui concerne le marketing, nous pouvons réaliser des benchmarks, mener des études sur les préférences des consommateurs, ou simplement analyser les caractéristiques organoleptiques des produits finis.

Et votre actualité du moment ?
En juin, nous avons bien sûr participé à la journée Estivalorial qui a été l’occasion de nombreux échanges intéressants et qui a permis de renforcer notre motivation à accompagner les industriels de ce secteur, qui sont dans une dynamique d’innovation continue.
Nous avons également obtenu très récemment l’agrément au Crédit Impôt Recherche, ce qui constitue une très bonne nouvelle pour nos clients puisqu’il atteste de la qualité de nos services et permet de les soutenir financièrement pour leurs projets de R&D.
Enfin, nous travaillons actuellement à un nouveau site internet qui sera effectif très prochainement !
 
Contact :
Margo Brenneur
Consultante secteur produits et matériaux
ODOURNET France
02 99 50 17 95
3 allée de Bray
35 510 CESSON SEVIGNE - FRANCE
 
 

Techsealab

Spécialisée dans les biotechnologies végétales marines et terrestres, Techsealab vient de rejoindre Valorial cette année. Rencontre avec André Yvin, Directeur Général.
 
 
Quel est votre cœur de métier et les marchés que vous visez ?
Techsealab est une société Bretonnne créée en 2013, et spécialisée dans les biotechnologies marines. Notre vision est de Proposer des alternatives naturelles aux fongicides, pesticides et herbicides chimiques, en valorisant les Algues, les Plantes et l’Eau de Mer du Pays Bigouden.
La société est présente sur 4 segments :
- Agriculture : Une gamme Agricole de biostimulants foliaires adaptés à chaque type de plante, TECHSEALAB vient d’entamer une démarche export. Elle applique une stratégie d’opportunité pour proposer ses produits à divers prospects. Elle a ainsi réussi à pénétrer quelques marchés grand export, notamment en Asie, nous travaillons également de façon intense au développement en Afrique ainsi qu’en Amérique du Sud.
- Une gamme de produits Alimentaires marins à notre marque Océanik (Alliance d’Eau de mer microfiltrée et d’huiles et vinaigres bio de haute qualité) ces produits sont disponibles dans les magasins spécialisés et utilisés par de nombreux restaurateurs
- Une gamme de produits de bien être marins à notre marque Océanik ( Bains d’algues, sels de bain, savons , masques du visage à partir d’eau de mer en poudre…)
- Et en 2017 nous venons de lancer une gamme de compléments alimentaires marins à notre marque Océanik.
 
 
Quelle est votre actualité du moment et/ou des prochaines semaines ?
Nous venons de présenter, en avant-première, au salon International Vitafoods Europe de Genève notre nouvelle gamme de Compléments alimentaires marins composée de :
- Spiruline Bretonne écologique
- De l’oméga3 + Vitamine D
- Des Betaglucans
- Des Sérums Marins hyper et Isotoniques ; TECHSEALAB, fournisseur d’Eau de Mer, prélève cette dernière à la pointe du pays bigouden dans l’Océan Atlantique où le très fort brassage des courants garantit toute sa pureté et sa richesse.
Cette gamme commence à être déployée dans les pharmacies et parapharmacies, principalement en Bretagne mais également dans un certain nombre de grandes villes françaises et bientôt disponible online sur le nouveau site : www.oceanik.fr
 
 
Pour quelles raisons adhérez-vous à Valorial ? 
Nous avons adhéré à Valorial, par le biais de Bretagne Commerce International qui nous a fait prendre conscience de l’intérêt que pouvait présenter l’adhésion à un pôle de compétitivité en terme de partage d’information mais aussi d’être membre d’un réseau grand ouest d’entreprises dynamiques et innovantes, avec la perspective de pouvoir à terme monter des projets collaboratifs.
 
Quelle est votre vision de l’innovation dans les IAA et/ou quelle place accordez-vous à l’innovation au sein de votre entreprise ?
Dans le contexte actuel d’une forte demande de solutions naturelles, les principaux atouts de TECHSEALAB reposent sur la proposition de formulations innovantes, ainsi que l’appui d’une expertise R&D.
Les technologies et produits de TECHSEALAB sont uniques en leur genre et s’intègrent dans nos différents marché, actuellement tous en mutation, à la recherche de solutions plus respectueuses de l’environnement et de la santé des utilisateurs. Nous sommes persuadés que l’alimentation de demain se tournera vers le monde marin et nous sommes convaincus des bienfaits que procurent les algues et l’eau de mer.
 
Contact :
André Yvin
Directeur Général
Techsealab
andre.yvin techsealab.com
 
 
 

Tool4food

 
Tool4Food est un service spécialisé dans la mise en relation de professionnels de l’industrie agroalimentaire. Son objectif est de vendre les capacités de production et les ressources disponibles des uns, à ceux qui en ont besoin. Rencontre avec Laurence Declinand, sa fondatrice.
 
 
Qu’est ce qui vous a poussé à créer Tool4Food ?
Lors de mes expériences au sein de sociétés du secteur laitier, j’ai fait le constat suivant : Pour rester dans la course, les industriels de l’agroalimentaire doivent en permanence s’adapter, innover, conquérir de nouveaux marchés.
Dans un contexte économique tendu, où les contraintes ne cessent d’augmenter (pression de la G.M.S, poids des normes) et où les industriels manquent de visibilité (impact de la saisonnalité, incertitudes sur les approvisionnements et la demande, crises, etc...), les chaînes de production sont fréquemment en sous ou sur capacité.
Pourtant des solutions existent dans d’autres entreprises, qui ont des disponibilités sur la période recherchée, une saisonnalité inversée ou des besoins industriels différents.
C’est dans ce contexte que j’ai décidé de mettre en place un service proposant aux entreprises en recherche d’outils ou services spécifiques d’être mises en contact avec des industriels souhaitant lisser leurs lignes de production.
 
Quelle est votre offre de service et son bénéfice pour le secteur IAA ?
Nous proposons un gain en performance industrielle via une exploitation optimisée des capacités de production, et en performance financière, par la valorisation des ressources disponibles, telles les stocks. Nos services facilitent également l’innovation au sein des entreprises en permettant d’accéder immédiatement aux dernières technologies, associées a du personnel formé, d’accroître la rapidité de mise sur le marché, d’éviter les coûts et les risques liés aux investissements matériels.
Cette réactivité, nous la rendons possible grâce à une recherche personnalisée de prestataires : nous nous assurons que chaque partenaire qui vous est présenté est en mesure de répondre à votre demande, selon vos critères et vos délais. Notre service s’accompagne d’une prestation d’aide à la contractualisation, contribuant à la mise en place d’un partenariat durable.
Nous développons actuellement une plateforme “d’annonces anonymes” pour rendre visibles les disponibilités industrielles du secteur de l’agroalimentaire. L’objectif est de créer une place de marché permettant un échange de ressources et capacités de production, tout en préservant l’anonymat et la confidentialité pour chacun.

Que recherchez-vous dans la communauté Valorial pour votre développement ?
Adhérer à Valorial c’est pour nous la possibilité de participer au développement d’une synergie commune au service de la performance industrielle, de l’innovation, et de l’économie collaborative.
Si vous êtes en quête d’outil ou de ressources industrielles pour développer votre activité, n’hésitez pas nous contacter. Nos domaines d’expertise sont aujourd’hui axés sur le secteur laitier, la cuisson-extrusion, la texturation de protéines et la fermentation. Nous sommes cependant prêts à relever d’autres défis.
 
Contact :
Laurence Declinand
Fondatrice
Tool4food
contact tool4food.com
Tél. + 33 (0)6 70 88 39 73
Lyon - France
www.tool4food.com

CREATHES

Spécialisée dans les technologies de microencapsulation et leurs applications, CREATHES vient de rejoindre Valorial cette année. Rencontre avec Adeline Callet, Business development manager. 
 
 
Valorial : Quel est votre cœur de métier ? 
Adeline Callet : CREATHES est spécialisée dans les technologies de microencapsulation et leurs applications. Dotée d’un large portefeuille de technologies (propriétaire ou sous licence), CREATHES conçoit des solutions techniques utilisant la microencapsulation dans des secteurs industriels variés dont celui de l’agroalimentaire et de l’agriculture, avec un focus sur les solutions nutritionnelles, du premier âge aux séniors, et de l’animal (de compagnie ou d’élevage) à l’homme.
Notre unité de R&D sous contrat est capable de prendre en main un projet très en amont, en développant la solution jusqu’à l’échelle pilote, puis en la transférant à notre unité de Production dédiée à la fabrication des développements faits pour nos clients à petite comme à grande échelle. L’unité de production est également en mesure d’intégrer des fabrications à façon.
La maitrise des deux métiers que sont la R&D et la production permet de nous positionner comme interlocuteur stratégique et unique d’un projet d’innovation.
CREATHES est Agréée Crédit d’Impôt Recherche, et certifiée ISO 90001.
 

 
Quelle est votre actualité ? 
Nous travaillons actuellement sur la mise en ligne de notre nouveau site web, et le changement de notre identité visuelle.
Portés délibérément sur l’évolution positive de l’innovation, nous avons conçu une nouvelle offre de formation sur la microencapsulation bien entendu, mais aussi sur les méthodes de développement de produits ou procédés via la microencapsulation.
En constante évolution, CREATHES est très ouvert à l’intégration de nouveaux collaborateurs dans des métiers liés à la gestion d’affaires R&D, la fabrication, le business développement et le développement produits, pour des profils expérimentés ou junior. Des candidatures spontanées sont les bienvenues.
Participation à des évènements : NutrEvent, Vitafoods (participant)
 

Pour quelles raisons adhérez-vous à Valorial ?
L’agroalimentaire est l’un de nos trois secteurs de prédilection. Mais nous intervenons aussi bien sur des développements de produits finis que de produits semi-finis (ingrédients) dont la finalité est l’amélioration des propriétés nutritives des aliments. Basé à Belfort, et développant nos activités sur la France entière, il nous semblait indispensable d’être présent sur la région Grand Ouest. Dotés de technologies saines, green, safe, encore sous-exploitées en alimentaire, nous serions heureux de pouvoir collaborer dans des projets de R&D, ou encore d’apporter notre pierre innovante à l’édifice.
 
 
Quelle est votre vision de l’innovation ? 
Bien au-delà d’être notre cœur de métier, l’innovation est avant tout un état d’esprit, une valeur qui tient à cœur à chacun d’entre nous dans l’entreprise. C’est d’abord une démarche, quotidienne.
Et l’agroalimentaire est un secteur d’activité qui, à notre sens, sera le plus impacté par l’évolution des sociétés, que ce soit sur le plan démographique, sociologique, climatique, voir même idéologique. Maintenir en bonne santé, préserver l’intégrité physique, permettre le plaisir, éviter la dénutrition, limiter les effets chroniques de certains comportements alimentaires des Hommes comme des Animaux passe nécessairement par de nouveaux produits, de nouvelles manières de les consommer, ou de les fabriquer, voir même de les cultiver ou les élever. Il ne s’agit pas là d’inventer sans cesse, mais de redessiner les voies d’accès à l’alimentation que ce soit sur les produits ou les modes de fabrication, dans un soucis d’évolution toujours possible, et dans une préoccupation de pérennité des espèces concernées.
 
Contact :
Adeline Callet
CREATHES
Business development manager
5, Rue Jacqueline Auriol – Techn’hom 2
90000 BELFORT – France
+33 3 39 03 39 43
 
 
 
 

Caramel

Spécialisé dans l’univers de la grande distribution, le groupe Caramel a rejoint la communauté Valorial en 2015. Rencontre avec Catherine Rouget, Responsable de Caramel Tendances, qui interviendra le 17 mai prochain à Rennes, à la ValorialConnection "Comment capter efficacement les tendances pour les transformer en innovations réussies ?".
 
 
 
Quel est votre cœur de métier ?
CARAMEL est une agence de conseil en stratégie de marque, spécialisée dans l’univers de la grande distribution. Notre cœur de métier est depuis toujours l’Art de Vivre, de l’alimentaire à l’univers de la maison.
Depuis plus de 15 ans, nous cultivons des expertises pluridisciplinaires et complémentaires pour offrir à nos clients un accompagnement global :
- CARAMEL TENDANCES décrypte les évolutions de nos sociétés et conseille ses clients dans la création des produits best-sellers de demain,
- L’AGENCE CARAMEL accompagne ses clients dans leurs stratégies marketing et communication, de la création de marque jusqu’à la réalisation de leurs packagings,
- CARAMEL RETAIL identifie les tendances retail de demain, définit la stratégie in-store et on-line à adopter et imagine les concepts et évènements de marques à développer.
- CARAMEL RP soutient les marques et enseignes dans leurs rayonnements médias, traditionnels ou digitaux.
Nos spécifités ? Des expertises croisées pour offrir un accompagnement global et une approche lifestyle centrée sur les besoins consommateurs et leurs modes de vie.
 
 
Et votre actu du moment ?
Aujourd’hui 75% de nos clients sont des acteurs de l’IAA. C’est un marché que nous maîtrisons parfaitement et sur lequel nous souhaitons offrir davantage de conseil innovation et développement à nos clients.
C’est pour cette raison que CARAMEL TENDANCES lance « COMING FOOD » le premier cahier de tendances dédié à l’univers de l’alimentaire. Aujourd’hui, les tendances influencent tous les secteurs d’activités, de la mode au design. Et l’industrie alimentaire n’est pas en reste, elle est de plus en plus sujette aux phénomènes de mode. Preuve en est la démocratisation du Foodporn, l’explosion de la Streetfood, l’engouement pour le vegan ou le gluten-free etc.
Or aujourd’hui, on sait que les prises de risques doivent être limitées, à quel point il est difficile de comprendre le marché et ses consommateurs, de faire les bons choix dans les développements produits. Alors pour vous accompagner, FOODISTA décrypte les grandes tendances alimentaires et leurs impacts générationnels. 
En premier lieu, nous proposons dans ce cahier de tendances un décryptage et une analyse des attentes et des comportements des 5 générations de consommateurs que nous connaissons en France, en Europe et dans le monde : Les Séniors – 50 ans et plus, la Génération X – les 30-50 ans, les Y – 18-30 ans, les Z – 10-18 ans et les Alpha 0-10 ans. Nous analysons leurs valeurs, leurs modes de vie, leurs attentes et leurs idéaux. Notre ambition : déterminer des profils de consommateurs émergents à recruter pour demain et identifier les leviers marketing et communication pour les séduire.
Nous définissons ensuite les grandes tendances alimentaires à l’horizon 2020 : quelles seront les nouvelles façons de manger, les saveurs, les textures mais aussi les nouvelles gestuelles et les modes de consommation ? Nous mettons en perspective les signaux faibles sur tous les secteurs d’activités : alimentaire bien sur, mais aussi mode, design, sport, beauté, architecture. Nous étudions toutes les macro tendances et les adaptons au domaine de l’alimentaire : comment va évoluer la naturalité, le Bio, les mouvements végétariens etc ? Quelle sera l’alimentation santé et bien-être de demain ? Quel est l’avenir de la Fun Food et des mouvements Streets ? Quelle place sera laissée à la créativité, au home-made ou au snacking ?
C’est un outil extrêmement inspirant pour anticiper demain et faire les bons choix, destiné à tous les acteurs de l’alimentaire, marques, enseignes ou industriels du marketing à la R&D
Car pour nous, l’innovation, l’anticipation et la compréhension des modes de vie sont les clés de la réussite et du renouvellement dans le secteur alimentaire.
 
 
 
Pour quelles raisons avez-vous rejoint Valorial ?
Pour la 3ème année consécutive, nous adhérons à Valorial pour comprendre les problématiques stratégiques et opérationnelles de nos clients, acteurs de l’IAA. Distributeurs, industriels, chercheurs, ingénieurs, producteurs, Valorial nous offre une compréhension globale de la chaine. 
Au delà d’une adhésion, nous cultivons une véritable relation de partenariat avec Valorial. Nous restons connectés aux experts Valorial, que nous remercions de leur confiance quand il s’agit de travailler ensemble sur l’alimentation de demain.
 
Contact :
Catherine Rouget
Groupe Caramel

Frigo Magic

 
Frigo Magic : l’appli anti-gaspi, pour cuisiner divin avec trois fois rien !
 
Après avoir participé au forum des start-up food tech du dernier colloque, ils viennent de rejoindre la communauté Valorial. Rencontre avec Christophe Boisselier, le Mr Recettes co-fondateur de Frigo Magic.
 
Frigo Magic, c’est quoi ?
Grâce à l’application gratuite Frigo Magic, vous savez qui, où et comment sont cuisinés vos produits. Frigo Magic, c’est plus de 340 000 téléchargements pour une startup de moins de 19 mois d’existence.
Elle répond à la question : « Qu’est-ce qu’on mange ce soir ? » avec les restes du frigo et du placard, en proposant des recettes simples, du quotidien, en moins de 30 minutes.
L’application cible les personnes de tout âge ayant des restes dans leur frigo, et plus particulièrement les femmes de 25 à 35 ans.
 
Quelle est votre actualité du moment et des prochaines semaines ?
Nous sommes présents sur tous les événements du Festival International de Magie 2017 (Rennes, Bordeaux, Lyon, Lille, Carquefou, Angers), où nous tenons un restaurant éphémère.
Pour la deuxième fois consécutive, en collaboration avec Les Banques Alimentaires, nous allons tenir un stand au Salon de l’Agriculture sur le thème « Finger food and verrines ».
Nous travaillons sur un projet d’événement culinaire de réutilisation des restes pour la rentrée 2018.
Des collaborateurs investissent les locaux de Frigo Magic tout au long de l’année afin de faire progresser l’application et ses services.
 
Pour quelles raisons avez-vous choisi de rejoindre Valorial ?
Notre souhait en adhérant à Valorial est de suivre l’actualité de la food tech, de faire connaitre notre innovation et de proposer nos services afin de créer des partenariats valorisant.
 
Quelle est votre vision de l’innovation ?
L’innovation est au coeur-même du concept de Frigo Magic qui propose aux marques une ouverture sur le big data et la visibilité de leurs produits sur un média incontournable aujourd’hui, le mobile. Notre application propose d’atteindre les consommateurs où ils passent beaucoup de temps chaque jours : les français sont désormais "mobile first".
Pour cela nous proposons aux marques le placement de produits, avec la mise en avant d’ingrédients aux couleurs des marques. Une opportunité pour les entreprises de l’agroalimentaire d’augmenter leur visibilité auprès des 40 000 utilisateurs réguliers de l’application, et de pouvoir analyser le profil de leurs consommateurs.
 
Contacts :
Frigo Magic
Christophe Boisselier
christophe frigomagic.com
+33 6 30 17 04 17
Sébastien Burel
sebastien frigomagic.com 
 
Crédit photo : Olivier Marie

La Boutonnière

La Boutonnière : 1ère solution de co-création destinée aux marques qui prêtent attention à leurs clients. 
 

 
C’est notre 1er adhérent 2017 ! Rencontre avec Coralie Loum, co-fondatrice de La Boutonnière, start-up spécialisée dans le collaboratif entre les marques et leurs communautés.
 
Quel est votre cœur de métier et les marchés que vous visez ? 
La Boutonnière s’est fixée pour mission de faciliter la collaboration marques/consommateurs en développant une solution saas de cocréation qui permet aux marques d’améliorer leur offre produit tout en créant du lien avec leurs clients.
Nous avons mis en place un processus bien défini qui permet de passer de la récolte d’idées des consommateurs à leur développement chez la marque. Nous accompagnons les marques sur la génération d’idées auprès des clients, la sélection des idées les plus pertinentes ainsi que sur leur intégration au sein de la marque.
La cocréation est une solution marketing qui s’adresse à l’ensemble des marques de produits et services de consommation. Nous avons d’abord attaqué le secteur de la mode car les produits évoluent extrêmement vite et les marques doivent être réactives par rapport aux goûts et envies des consommateurs. Et après des premiers partenariats réussis dans la mode (marque du Groupe Beaumanoir notamment), nous nous diversifions à présent vers d’autres secteurs comme l’alimentaire, le sport, la beauté, l’high tech.

 
Quelle est votre actualité du moment et/ou des prochaines semaines ?
Le début d’année est assez dense car nous allons déployer notre solution chez de nouvelles marques partenaires reconnues comme : camaïeu, groupe happychic & brice, promod et le groupe Etam.
L’enjeu de diversification est également très présent et devrait se concrétiser dans les prochaines semaines avec de nouveaux partenaires dans d’autres secteurs.
Nous sommes également sollicités pour intervenir sur des conférences d’événements comme le Who’s Next en Janvier, au sein de grands groupes qui souhaitent mettre en avant l’innovation notamment sur la thématique de la collaboration client.
Et enfin, nous cherchons à agrandir l’équipe, la partie technique surtout et sommes en phase de recrutement de développeurs web.
 
Pour quelles raisons adhérez-vous à Valorial ?
Adhérer à Valorial correspond à notre volonté de se diversifier dans l’alimentaire. Nous avons déjà mis en place un partenariat avec Progress Santé qui développe des produits diététiques et souhaitons aller encore plus loin dans cette démarche.
Nous sommes donc ravis de pouvoir échanger avec les adhérents pour apprendre des spécificités du secteur de l’alimentaire et apporter notre vision de la relation client. Et nous serions également intéressés de pouvoir participer à des projets collaboratifs où nous pourrons apporter nos compétences.
 
Quelle est votre vision de l’innovation ? 
Etant une start-up, nous avons l’innovation dans notre ADN, la volonté de faire différemment. De plus, notre solution de cocréation nous permet de bousculer les codes car nous faisons adhérer des marques industrielles, à l’idée de développer des produits/services pensés et validés par les consommateurs, ce qui est un challenge permanent !
Nous faisons également évoluer notre solution avec les retours des clients et en faisant régulièrement de la veille sur les nouveaux usages des consommateurs, les nouveautés web (fonctionnels et design) etc…
 
Contact :
Coralie LOUM
Co-founder
La Boutonnière
+33 6 61 11 90 04

 
 

Delta Neu

Delta Neu, spécialiste de la filtration industrielle et expert de la qualité de l’air
 
C’est notre 310e adhérent ! Rencontre avec Valéry Bonnet, Responsable du Pôle Décontamination de Delta Neu, qui vient de participer à la 10e édition du colloque Valorial.

 
Quel est votre cœur de métier et les marchés que vous visez ? Le groupe NEU est spécialiste des métiers de l’air : ventilation, dépoussiérage, décontamination, transport pneumatique. Conception, fabrication (française) et installation.
 
Quelle est votre actualité du moment et/ou des prochaines semaines ?
L’année 2016 a été l’occasion du lancement d’une nouvelle gamme de centrale de traitement d’air (DELTACLEAN High Care). Specialement destinée aux industries Agro alimentaire, elle permet d’assurer un traitement d’air en ambiance de travail de très haute qualité (la centrale delivre de l’air ULTRA PROPRE, classe M1). Associé aux systemes de soufflage au plus prêt des produits à protéger, ces solutions innovantes permettent de réduire de 2 à 3 log les contaminations croissées aéroportées (et ainsi de s’exonérer des protections de support d’arôme alcoolisés). DELTA CLEAN participe à la fabrication des produits CLEAN LABEL.
 
Pour quelles raisons adhérez-vous à Valorial ?
Nous avons souhaité rejoindre Valorial pour trouver des partenaires pour monter des projets collaboratifs, participer aux réflexions structurantes des filières agroalimentaires.
 
Quelle place accordez-vous à l’innovation au sein de votre entreprise ?
Nous consacrons d’importants moyens financiers et humains a construire nos métiers de demain. Cela passe par l’anticipation des grandes disruptions à venir : les nouveaux produits (produits frais a longue DLUO, CLEAN LABEL par exemple), les nouvelles techniques (Production additive, impression 3D), les nouvelles sources de croissance (fédérer des offres techniques françaises pour l’export), etc. L’innovation est omniprésente dans nos actions et a une part structurante dans nos budgets.
Nous disposons en outre de notre propre Centre d’Essais et Formation à l’Aeraulique Neu (C.E.F.A.N.) situé à la Chapelle d’Armentieres (59).

Contact :
Delta Neu
Valery BONNET
Responsable du Pôle Décontamination
+ 33 3 20 10 53 75
Parc d’Activités de la Houssoye
Rue Ampère F59930
La Chapelle d’Armentières
France
valery.bonnet delta-neu.fr
www.delta-neu.fr

See-d

 
See-d, du big data au business intelligence
Start-up adhérente de Valorial depuis 2016, See-d sera présente aux rencontres BtoB start-up foodtech / IAA au colloque Valorial le 6 décembre prochain. Rencontre avec Emmanuel Frénod, son Co-fondateur et Directeur Scientifique.
 
 
 
Quel est votre cœur de métier et les marchés que vous visez ? 
Nous sommes des prestataires de services sur mesure, spécialisés dans le traitement et l’analyse des données pour créer des outils d’aide à la décision ou d’amélioration de la rentabilité pour les entreprises.
L’expertise de très haut niveau que nous proposons, notre approche scientifique, et la grande expérience de notre équipe nous permettent de rester des généralistes et c’est ce que nous souhaitons. Nous avons donc des références sur toutes sortes de marchés, mais bien sûr, vu notre situation géographique, les IAA sont le secteur le plus représenté. Au niveau des grandes fonctions de l’entreprise, nous avons de la demande dans le domaine du pricing (tarification en BtoB) et de la connaissance client. Nous avons aussi des dossiers en maintenance prédictive, en prédiction d’activité, ou encore en optimisation de processus logistiques, pour n’en citer que quelques uns. 
 
 
Vous travaillez sur quoi en ce moment ?
Nous sommes actuellement en train de préparer notre participation au colloque annuel Valorial du 6 décembre où nous espérons faire de nombreuses rencontres. D’une façon plus générale, nous sommes actuellement dans une démarche de levée de fonds. Nous avons un plan d’investissement pour nous structurer dans le but de passer de fournisseur de prestations à éditeur de logiciels. Les projets sur lesquels nous travaillons nous permettent d’identifier très tôt les besoins du marché de façon très large. Cette nouvelle approche nous permettra de répondre à ces besoins. 

Que venez-vous chercher en adhérant à Valorial ?
Les IAA ont beaucoup à gagner à s’intéresser à tout ce qui tourne autour du « big data ». L’analyse de données et la modélisation mathématique sont des outils puissants pour gagner en performance. Pour en convaincre les décideurs, nous avons une approche directe, mais les événements organisés par Valorial sont précieux pour toucher rapidement les bonnes personnes pour une société comme la nôtre qui est encore jeune. Nous apprécions aussi les opportunités de rencontres avec des partenaires potentiels. Par ailleurs, même si nous restons des généralistes, nous faisons de la veille sur les domaines qui intéressent nos clients. Dans ce sens, Valorial est une excellente ressource.

Quelle est votre vision de l’innovation ?
L’innovation est notre quotidien. D’une part, parce que la plupart des missions qui nous sont confiées s’insèrent dans une démarche d’innovation chez nos clients. Et d’autre part, parce que les projets qui nous occupent demandent le plus souvent de nos experts une activité de recherche. Pour les IAA, en particulier, je dirais que l’innovation la plus importante du moment est le recours à l’analyse des données et à la modélisation mathématique dans la formulation et la mise en œuvre de toutes les autres innovations. 
 
Contact :
SEE-D
Emmanuel Frénod
Co-fondateur – Directeur Scientifique
emmanuel.frenod see-d.fr
Tél. + 33 (0) 6 89 33 74 81
Le Prisme, Place Albert Einstein
Parc d’Innovation Bretagne Sud
56038 VANNES cedex
France
www.see-d.fr

Le Garrec

Spécialiste des fluides industriels

L’entreprise Le Garrec, spécialisée dans l’étude et la réalisation de systèmes fluides pour les process des IAA, vient de rejoindre Valorial. Rencontre avec Nicolas Hachet, Technico-commercial. 
Quel est votre cœur de métier ?
Innovante, bretonne et familiale, depuis plus de 35 ans, la société Le Garrec est un acteur majeur dans le développement des procédés fluides de l’agro-alimentaire, la nutrition animale, l’environnement, la pétrochimie,…et dans ses domaines de compétences, qui sont : les procédés fluides, la cuverie, le calorifugeage, l’énergie (réseau vapeur et condensat / ballon eau chaude), ...
A ce jour, l’entreprise compte 42 salariés. Cette structure à taille humaine est actuellement dirigée par Steven Le Garrec. La communication et la réactivité font l’ADN de notre entreprise.
Elle possède ses propres moyens techniques de production et à la capacité d’organiser le pilotage (du bureau d’étude jusqu’à l’installation sur chantier) et de réaliser clef en main des marchés complexes, nationaux ou internationaux, en associant ses différents partenaires.
 
 
Quelle est votre actualité ?
Nous faisons partis des tous premiers exposants du salon CFIA de Rennes, il a été tout naturel pour nous de continuer l’aventure en participant à son extension internationale. Nous avons donc participé au salon du CFIA au Maroc. Ainsi, fort d’une expérience à l’international, nous avons souhaités promouvoir notre savoir-faire vers les pays du Maghreb, une expérience riche en rencontres et en futurs projets.
Aujourd’hui, une démarche importante est au cœur de la conception de nos procédés, avec la prise en compte de la conception hygiénique. Pour cela, nos équipes ont été formées afin d’intégrer dans le développement de nos produits, le concept d’hygiène, essentiel aujourd’hui.
 
 
Qu’est ce qui a motivé votre adhésion Valorial ?
Depuis de nombreuses années, nous participons à l’élaboration de procédés innovants dans le domaine des procédés fluides, du dimensionnement et de la fabrication des pilotes jusqu’à leurs réalisations industrielles. Ce travail d’innovation a été reconnu au CFIA 2009 par le trophée du meilleur partenariat industriel. L’adhésion à Valorial nous permet d’être en amont des projets et de suivre les évolutions technologiques du secteur.

 
Quelle est la place de l’innovation au sein de votre entreprise ?
L’innovation est le cœur de l’activité industrielle, qu’elle soit structurelle, technologique ou environnementale, elle impose une dynamique de performance. Intégrer le concept d’innovation permet à la société Le Garrec de répondre à des problématiques industrielles très spécifiques mais indispensables à l’évolution des industries.
 
Contact :
Le Garrec SAS
Nicolas Hachet
nicolas-hachet legarrec.com

Clextral

Leader mondial de l’extrusion bivis, Clextral vient d’inaugurer en exclusivité européenne une nouvelle plateforme EPTTM (Extrusion Porosification Technology) à Cérences. Rencontre avec Alain Brisset, Responsable des Marchés Stratégiques.
 
 
Quel est votre cœur de métier et les marchés que vous visez ?
Leader mondial de l’extrusion bivis, nous fabriquons et développons des lignes de production clé-en-main intégrant extrudeurs, sécheurs et équipements complémentaires.
Ces systèmes fiables et innovants sont la référence de qualité et d’excellence dans les marchés que nous avons choisi de regrouper sous 3 domaines : « Food & Feed », « Green Industries » et « Powder Industries ».
Nos expertises sont multiples et couvrent de nombreux champs en agroalimentaire (snacks, céréales petit-déjeuner, couscous..) ainsi que dans les secteurs de la chimie, de la pâte de cellulose, de la thermique, de la mécanique, de la métallurgie, de l’automation, ... Ce choix volontaire d’embrasser des disciplines très diverses permet d’anticiper les évolutions des marchés et d’accompagner nos clients dans leurs innovations.
 
 
Quelle est votre actualité ?
2016 est une année riche en actualités pour Clextral !
Nous avons renforcé dernièrement notre partenariat avec le leader mondial de la semoule de Couscous, la société DARI Couspate au Maroc dont nous sommes le fournisseur privilégié pour la fabrication de couscous et de pâtes courtes. 3 lignes complètes seront livrées entre 2016 et 2018 (2 pour le couscous, 1 pour les pâtes courtes).
Dans un autre domaine, nous avons inauguré le 27 juin, la première plateforme EPTTM (Extrusion Porosification Technology) d’Europe. Il s’agit d’une plateforme pilote issue d’un projet coopératif, basée sur le site industriel de Lesaffre Ingrédients Service à Cérences (Normandie).
Le procédé breveté EPT™ permet de sécher d’une manière économique des produits très visqueux et confère à la poudre obtenue une texture poreuse caractéristique et unique. Les industriels européens de l’agroalimentaire pourront maintenant réaliser des essais afin de développer de nouveaux produits et améliorer leurs procédés de déshydratation.
Dernière actualité, importante, notre entreprise fêtera ses 60 ans d’existence en Octobre sous le nom d’ « Innovation Summit 2016 ». Nous fêterons 60 ans d’innovation à travers un séminaire scientifique exceptionnel de 2 jours, les 19 et 20 octobre à Saint-Étienne.
Nous aborderons des sujets variés, autour de l’innovation, sur la plupart des domaines couverts par Clextral. De grands noms de l’IAA nous feront l’honneur de leur présence et de leur savoir, n’hésitez pas à vous inscrire, l’évènement promet d’être particulièrement riche !
 
(Photo : inauguration de la plateforme EPTTM à Cérences)
 
Pour quelles raisons adhérez-vous à Valorial ?
L’adhésion à Valorial est pour Clextral un moyen de partager et de communiquer avec nos confrères de l’agroalimentaire, de la chimie et des transformations de matériaux renouvelables.
Valorial est un facilitateur de rencontres, un melting-pot d’expertises diverses qui ne demandent qu’à se rencontrer pour bénéficier les uns des autres des expériences acquises et ainsi progresser ensemble. Développements des procédés, travail en partenariat, internationalisation, innovation sont des valeurs chères à Valorial que nous partageons.
Quelle est votre vision de l’innovation dans les IAA et/ou quelle place accordez-vous à l’innovation au sein de votre entreprise ?
A l’image de notre 60eme anniversaire, à Clextral, l’innovation est une culture et un moteur de croissance.
Nos champs d’actions sont nombreux et innover est primordial pour développer de nouveaux savoir-faire, maintenir notre niveau d’excellence et le leadership acquis mondialement au fil des années.
Pour soutenir cette démarche d’innovation, nous nous appuyons sur un réseau de partenaires, publics et privés, ainsi que sur nos experts au sein des trois centres de recherche et développement. Ces centres de R&D sont installés au sein de notre siège à Firminy (France) ainsi qu’aux Etats Unis (Tampa, Floride) et plus récemment en Australie, dans le cadre de partenariats liés au développement de la technologie innovante brevetée EPT™.
Aussi nous favorisons l’innovation au sein de nos équipes par une politique de formation soutenue et d’échanges interdisciplinaires. Nous avons également mis en place un système spécifique de recueil et de suivi des idées émises par nos employés, chacun est impliqué dans une démarche de réflexion stratégique.
 
Contact :
Clextral
Alain Brisset
Responsable des Marchés Stratégiques
04 77 40 31 40
 

Guelt

Le collaboratif incarné

Créée par Yves Guelt en 1978 à Quimperlé, cette PME innovante est adhérente de Valorial depuis 2010. Spécialisée dans la conception et la construction de machines et de lignes complètes pour l’agroalimentaire et implantée sur un site de production de 7500 m² couverts, GUELT compte aujourd’hui 160 salariés, dont 50 ingénieurs en bureau d’études intégré. Dans son ADN : équipement, service, intelligence collaborative. Rencontre avec Bruno LAURENT, Directeur Général, pilote de cette PME indépendante qui chasse en meute et affiche des ambitions européennes.

 
Quel est votre coeur de métier ? 
Guelt est concepteur et constructeur d’équipements pour lignes de production, de conditionnement et de conserverie, de l’industrie agroalimentaire, depuis plus de 30 ans. Nous sommes constructeurs-intégrateurs. Côté équipements, nos machines servent à préparer, distribuer, conditionner, contrôler, manipuler, emballer et palettiser. Côté services, nous proposons des interventions techniques sur site, du reconditionnement de machines, des pièces détachées et de l’usinage. Notre PME indépendante a une taille remarquable sur le marché français, mais doit encore se développer à l’échelle de l’Europe. Nos clients sont principalement les IAA, la GMS et les collectivités. Nous réalisons aujourd’hui 7% de notre CA à l’export. Nos axes de développement sont notamment là.
 
Quelle est votre actu ?
Tout l’enjeu pour nous aujourd’hui est de maîtriser notre croissance tout en restant indépendant financièrement. Nous avons développé une stratégie d’alliance avec un réseau de quatre PME (ARBOR Technologies, FILLPACK, FOODBIZZ et PICPAC SYSTEMS), ceci à la fois pour l’intérêt technique et commercial, pour créer des synergies, partager, et surtout chasser en meute. Cette organisation permet d’un côté de lisser la production et de l’autre côté de gagner en vélocité et en agilité sur des projets plus innovants et des marchés spécifiques, le tout sur un principe de vases communicants et de partenariats durables. On trouve de la force par la différence et la complémentarité, c’est un esprit commun, avec des outils partagés et de la transparence. Cela nous permet d’atteindre un seuil intéressant de 200 salariés et 20M€ de CA pour pouvoir assurer notre présence en France et un rebond de développement à l’export. GUELT est d’ailleurs en train de se structurer en interne sur ce volet ainsi que sur la communication et le marketing.
Nous sortons par ailleurs d’une grosse période d’actualité avec le CFIA 2016 en mars, et de jolies retombées. Nous avons lancé quelques innovations comme l’OPP2000, la 1ère operculeuse 100% électrique et connectée, avec un nouveau design. 

 
Vous êtes adhérent de Valorial, que venez-vous y chercher ?
Lorsqu’il s’agit de R&D, il faut savoir penser en dehors des schémas établis. La force du réseau Valorial, c’est qu’il est possible d’y trouver des acteurs de qualité qui vont nous accompagner dans les différentes démarches liées aux projets de recherche. Qu’il s’agisse de CIR ou de veille technologique, mais également de conseil, cet accompagnement est primordial.
Les projets communs sont également très enrichissants pour nos équipes et pour la création de nouveaux paradigmes. De plus, en étant intégré dans les projets thématiques, comme la commission Emballage par exemple, nous bénéficions d’un potentiel d’expression et de nouveauté qui nous offre une image très précise des besoins de l’industrie. Cette image peut être un point de départ pour de l’innovation technique ou de services.
Enfin, ce lieu d’expression et de rencontre nous montre à quel point il est important de mieux connaître et mieux se faire connaître, notamment auprès des industriels, des centres de recherche ou encore des établissements d’enseignement supérieur. En somme, Valorial est un outil de connexion entre les différents acteurs du marché qui en temps normal ne se parlent pas ou peu.
 
Quelle est votre vision de l’innovation ?
Le 1er emballage de sandwich triangulaire c’est GUELT, idem pour l’invention du Skin en operculage, pour la 1ère association « carton-plastique » ou « coiffe-socle-operculage », le 1er « Hybrid-flat » etc. Pour être compétitif, il faut se différencier, nous sortons en moyenne une innovation par an, souvent en partenariat avec un client ou un fabricant de film ou d’emballage, pour développer une brique technologique, communiquer, nous démarquer et surtout faire en sorte qu’elle irrigue dans l’ensemble de l’entreprise et sur nos gammes. Nous avons toujours fait du collaboratif et du co-développement, l’innovation technologique et organisationnelle est un véritable état d’esprit.
 
Nos équipes de professionnels hautement qualifiées, autonomes et polyvalentes, alliées à d’importants moyens industriels et technologiques, garantissent une réactivité et une flexibilité dans la conduite globale et personnalisée des projets.
Le client est au cœur de notre stratégie d’innovation, comme nos salariés. C’est la machine qui doit s’adapter aux problématiques, aux contraintes et aux usages du client et non l’inverse. Pour y parvenir, nous nous appuyons sur notre capacité à écouter et à répondre aux besoins spécifiques, à intégrer au maximum les retours d’expérience en travaillant le plus possible avec l’ensemble des parties prenantes, partenaires et équipementiers, sur un projet innovant tel une ligne de production complète. Nous assurons un dialogue adapté, permanent et continu : une approche originale de l’entreprise. GUELT c’est avant tout une organisation souple, évolutive et optimisée. Les valeurs humaines d’indépendance et de confiance sont primordiales chez nous.
 
Nous adaptons aussi en permanence nos propres outils de production. Ici l’agilité est de mise. Nous analysons de très près le cycle de vie de nos gammes de machines. Je citerai Yves GUELT, notre Président-fondateur, pour qui "entreprendre, c’est mettre ensemble des intelligences et les faire communiquer".
 
Innover c’est aussi être intégré dans un écosystème riche et ouvert. Nous sommes notamment partenaires dans des projets innovants collaboratifs au sein de Valorial et impliqués dans un groupe projet sur les emballages 3.0. Nos machines intègrent de plus en plus de numérique ; aujourd’hui, la transformation digitale de l’IAA est également un enjeu crucial que nous suivons de près, côté usine et côté client. 
 

Contacts :
Bruno Laurent, Directeur général
Email : bruno.laurent guelt.com
Eric Le Normand, Responsable technique
Email : eric.lenormand guelt.com
Tel : 02 98 96 20 20
+ d’infos :
www.guelt.com
 

HPE Ingrédients

La start-up qui valorise l’escargot en biotechnologie

HPE Ingrédients vient de recevoir un French Innovation Award au dernier Vitafoods Europe. Rencontre avec Pascal Drevet, son dirigeant, adhérent de Valorial depuis 3 ans. 
 
 
Quel est votre cœur de métier ?
HPE Ingrédients développe, produit et commercialise des ingrédients nutrition/santé, bioactifs, d’origine naturelle.
Après 5 ans de R&D, on se lance en effet avec une approche innovante sur une niche : la valorisation biotechnologique de l’escargot avec le développement et la mise en marché de molécules d’intérêt biologique, pour la nutrition et la santé, avec des applications pour l’homme mais aussi pour les animaux.
HPE se positionne comme ingrédientiste sur le marché de la nutrition/santé, fournisseur des fabricants de compléments alimentaires en France et à l’international, et aussi, auprès des industriels de l’agroalimentaire pour l’élaboration d’aliments santé, avec pour le moment, deux produits :
- Hélipept : un hydrolysat peptidique pour la prévention et la réduction de l’hypertension artérielle pour des personnes modérément hypertendues et des personnes à risques.
- Hélizym : un cocktail enzymatique pour dégrader les fibres insolubles dans le gros intestin et donc améliorer le confort digestif.
 

 
Quelle est votre actualité ?
En mai, le temps fort, c’est le salon international Vitafoods Europe qui vient de se terminer à Genève. HPE a été exposant sur le pavillon France organisé par Business France, avec Valorial, avec une sélection dans la « new product zone » gérée par Vitafoods, et aussi dans « 2 Innovation tours » « Made in » et « Free from » gérés par Nutrimarketing, sans oublier la sélection dans les vitrines du French Innovation Corner au sein du pavillon France.
Ce qui a fait de ce salon un véritable temps fort en rencontres ! Je suis en train d’exploiter les très nombreux contacts initiés avec des acteurs français et étrangers.
De plus, j’ai eu la chance d’être lauréat du prix « From babies to the elderly » lors de l’opération French Innovation Awards, qui a récompensé 4 entreprises.
Et le lancement s’accompagne également de la mise en place de mon plan de communication, avec la création de mes différents outils pour développer la visibilité de HPE Ingrédients : lancement du nouveau site internet, avec une partie blog, une newsletter, la création d’un groupe sur Linkedin, et aussi les relations avec la presse. Sinon, toujours à fond sur de nouveaux projets de R&D, à suivre donc !
Et puis en Juin, je serai à La Rochelle aux Journées Aliments Santé (JAS) sur le village Valorial.
 

 
Qu’est ce qui a motivé votre adhésion à Valorial ?
C’est ma 3éme année ! Pour le moment, je suis plutôt intéressé par les thèmes technico-scientifiques développés au sein des ValorialConnection. J’apprécie particulièrement l’effet réseau, en participant à un certain nombre de rendez-vous, et j’aime bien le concept de l’« EstiValorial ».
Demain, je serai potentiellement intéressé de pouvoir monter un projet collaboratif autour des aliments fonctionnels : deux idées sont peut-être en train de germer, mais je suis ouvert à toute suggestion !
 
Comment vous voyez l’innovation ?
J’ai créé HPE Ingrédients, sur une innovation autour de la valorisation biotechnologique de l’escargot : j’aime bien l’approche d’une niche, de la transversalité, de la forte valeur ajoutée sur un maillon d’une grande chaîne.
J’apprécie aussi le management de compétences très spécifiques et multiples, pour piloter un projet qui nécessite de la précision et de la capacité à se projeter.
Pour moi, c’est essentiel dans tout business d’avoir des propositions innovantes, sinon ça se réduit à une bataille uniquement sur le prix, … et c’est largement moins drôle !
 
 
Contact :
HPE ingredients
Pascal Drevet
Directeur Général
pad hpeingredients.com
Tél. + 33 (0)2 31 95 75 49 / + 33 (0) 6 80 03 12 88
5, Rue Neuve – 14650 CARPIQUET - France

Biscuiterie La Trinitaine

Le meilleur du biscuit et des spécialités bretonnes

Nous sommes très heureux d’accueillir La Trinitaine dans la Valorial Food Connection ! Interview exclusive d’Anne-Marie Petit, PDG.
 

 
On connaît tous un peu La Trinitaine, ses biscuits, ses produits, mais pourriez-vous nous présenter votre entreprise ? 
Notre grand-père Lucien Petit est arrivé en Bretagne pendant la seconde guerre mondiale, il y a fait la connaissance de notre grand-mère Lucienne Trinitaine de souche. Lucien était cuisinier pâtissier chocolatier, Lucienne elle travaillait aux huîtres.
De leur rencontre est né en 1947 un premier commerce, une pâtisserie dans le bourg de la Trinité-sur-Mer . L’activité saisonnière naissante leur permettait tout juste de s’en sortir, aussi quand Lucien rata une recette et la transforma en biscuit roulé, il donna naissance à La Trinitaine, nom de notre premier biscuit et nom des habitantes de La Trinité-sur-Mer.
La cigarette au beurre leur permit d’avoir un travail à l’année à La Trinité-sur-Mer et surtout de développer leur commerce avec des grossistes Parisiens. En 1955, ils déposèrent la marque La Trinitaine, l’aventure familiale débutait.
Notre père qui est né en 1946 participa dès l’âge de 8 ans à cette aventure, et permit le développement que l’on connaît aujourd’hui. Notre philosophie n’a jamais changée au cours de ses 60 ans, nous sommes fidèles aux valeurs de notre famille, et travaillons à la pérennité de l’entreprise pour faire en sorte que la 4e génération puisse prendre le relais dans quelques années.
 
 
Notre cœur de métier est la biscuiterie mais nous avons conservé tous les métiers de nos descendants, la boulangerie, la pâtisserie, le négoce, les glaces, le commerce. Seule petite entorse, nous avons transformé la restauration en snacking.
Nous sommes une entreprise particulière, avec des règles qui n’ont rien à voir avec la finance, nous travaillons sur le long terme. Nous misons beaucoup sur le capital humain. Nos marchés sont souvent des partenariats de plusieurs dizaines d’années, avec des gens qui nous ressemblent. Pour notre développement, nous voulons explorer des marchés à valeur ajouté que nous n’avons pas encore démarché pour l’instant, et bien-sûr renforcer notre présence à l’export ainsi que le déploiement de nos boutiques en France.
 
 
Vous travaillez sur quels sujets en ce moment ?
Le lancement de la saison de notre réseau de boutiques avec des ouvertures, des rénovations, la transformation digitale qui touche notre site e-business, le web mais au-delà nos systèmes d’informations, avec un projet sur plusieurs mois, et le lancement de nouveaux produits.
 
Pour quelles raisons adhérez-vous à Valorial ? 
Pour partager au travers d’un réseau, des compétences, échanger sur des tendances de marché, sur l’innovation. Bénéficier de conseils personnalisés. Ouvrir le spectre de la veille, des idées.
Face à la mondialisation, et à l’uberisation, la notion d’appartenance (réseau, territoire…) est importante. Je crois que Valorial est un catalyseur. La mondialisation est un des enjeux majeur de notre siècle, mais si nous réussissons nous pérenniserons les emplois sur notre territoire.
 
Quelle est votre vision de l’innovation dans les IAA ? Quelle place lui accordez-vous au sein de votre entreprise ?
L’innovation c’est d’abord s’adapter au marché, et ensuite anticiper les besoins des consommateurs.
L’innovation c’est aussi avoir la capacité d’inventer des besoins ou de réinventer les règles, d’imaginer une autre façon de consommer. 
L’innovation c’est révéler le potentiel individuel pour le mettre au service du collectif. Lao Tseu disait « connaître les autres c’est sagesse, se connaître soi-même c’est sagesse supérieure ».
L’innovation c’est repenser l’entreprise, s’adapter au fur et à mesure, c’est aussi la possibilité d’explorer l’inexplorable. « N’allez pas là où le chemin peut mener. Allez là où il n’y a pas de chemin et laissez une trace » Ralph Waldo Emerson.
 
+ d’infos :
 
Contact : 
Annabelle Cantin
Responsable Marketing & Communication
Biscuiterie La Trinitaine
Kerluesse / 56470 Saint Philibert
Tel. 02 97 55 02 04
 
 
Crédit photo : Yann Zedda

La Fruitière du Val Evel

Les Toqués du fruit : passion & innovation

Adhérente depuis 2010, cette PME innovante a lancé « les Toqués du fruit » une nouvelle marque et gamme de produits, à destination du grand public, récompensés tout récemment par le "Trophée PME innovation Carrefour" et le ¨Prix Isogone" 2015. Rencontre avec Frédéric Guillemin, son PDG.
 
 
Franck Dieudonné / Frédéric Guillemin / Bertrand Gilot
Crédit photo : le Télégramme
 
Quel est votre cœur de métier et quels sont les marchés que vous visez ?
Notre activité consiste à sélectionner et sourcer des variétés de fruits sur des terroirs spécialisés et reconnus, à les transformer en purées ou coulis ou autres préparations, ingrédients indispensables aux métiers de pâtissiers, glaciers, restaurateurs, traiteurs, barmen, dans leur travail d’élaboration de desserts fruités et savoureux. Nous sommes également producteurs de fruits rouges sur un vergers de 22 Ha, et notamment la framboise de ronce, que nous venons de mettre à disposition de notre marché, véritable nouveauté gustative dans la famille des framboises, fraises et autres baies rouges.
Nous sourçons tous types de fruits (50 au total ), du plus près lorsqu’il s’agit de pommes granny smith et poires williams du Val de Loire, mais aussi les plus éloignés, en Asie, Inde ou Amérique du Sud lorsqu’il s’agit de coco, Litchi, mangue ou fruits de la passion.
 
 
Pour quelles raisons adhérez-vous à Valorial ?
C’est un moyen pour notre PME de rester au contact de l’actualité R&D du paysage agroalimentaire, de sentir les tendances, les évolutions techniques de notre métier et de saisir les opportunités de partenariat pour ne pas y réfléchir seul, et mieux s’y projeter.
 
Quelle place accordez-vous à l’innovation au sein de votre entreprise ?
Pour une structure comme la nôtre, c’est une voie de différenciation indispensable qui nous permet d’avoir de la croissance malgré un défaut de compétitivité face à des structures plus lourdes mais plus spécialistes et moins réactives aux tendances.
Nous consacrons néanmoins tous les ans un budget, limité lorsqu’il s’agit d’innovation sur notre cœur de métier, mais lorsqu’il s’agit d’innovation de rupture comme la sphérification de purées de fruits (en 2011 en partenariat avec l’entreprise Algues de Bretagne) sous la marque « Perles de saveur », nous sommes capables de consacrer plus de moyens humains et financiers lorsque que ces projets R&D sont entrepris et labellisés grâce à l’accompagnement de Valorial.
Quelle est votre actualité ?
Nous venons de lancer une toute nouvelle gamme de préparations de fruits, cette fois destinée au grand public, sous la marque « Les Toqués du Fruit  » innovation sans équivalent sur le marché,
ces préparations de fruits, vendues au rayon frais, permettent facilement et rapidement de réaliser soi-même des tartes, crumbles, verrines, sorbets et confitures. Aujourd’hui distribuées dans 7 enseignes de la grande distribution, reconnue innovation de l’année par les concours Carrefour PME et Isogone, c’est un nouveau marché que nous découvrons, et qui porte un potentiel
énorme pour notre croissance des 3 prochaines années !
 
 
Vidéos :
 
Contacts :
Frédéric Guillemin, PDG
Bertrand Gilot, Directeur commercial & Marketing
Franck Dieudonné, Co-dirigeant, Les Toqués du fruit
02 97 27 40 96
 
+ d’infos :
 
 
 

TargEDys

Contrôle du poids corporel par la modulation de l’appétit grâce à une intervention sur le microbiome

305e adhérent à avoir rejoint la communauté Valorial en septembre dernier, TargEDys® - (Targeting Eating Dysfunctions) est une start-up dédiée au contrôle du poids corporel par la modulation de l’appétit grâce à une intervention sur le microbiome. Rencontre avec Grégory Lambert, CEO.
 
 
Quel est le cœur de métier de TargEDys ?
Notre approche est basée sur l’identification récente de nouveaux mécanismes impliquant des protéines issues du microbiome, mimétiques des hormones régulant le comportement alimentaire. C’est la première fois qu’un lien moléculaire dans l’axe cerveau-intestin a été décrit et caractérisé (Nature 2014).
 
Aujourd’hui, l’équipe opérationnelle est composée d’une équipe combinant les expertises scientifiques, médicales et de développement pharmaceutique : Serguei Fetissov (référent scientifique) et Pierre Déchelotte (référent médical) et moi-même.
 
Quels produits ou services proposez-vous ?
Notre objectif est d’utiliser ces protéines bactériennes mimétiques d’hormones pour le développement de nouvelles approches nutraceutiques et thérapeutiques de régulation du poids et de l’appétit.
Nos deux premiers produits en développement sont :
- Un complément alimentaire qui s’adresse aux personnes en surpoids pour les aider à restreindre leur prise alimentaire.
- Un aliment médical qui s’adresse aux personnes âgées, cachexiques ou anorexiques et qui les aidera à retrouver de l’appétit.
 
Pourquoi avez-vous adhéré à Valorial ?
Alors que notre culture est plutôt médicale et pharmaceutique, notre adhésion à Valorial est un moyen d’accéder à un réseau qui correspond plus au monde agro-alimentaire dans lequel TargEDys va évoluer. Nous souhaitons, au moyen de ce réseau, identifier des partenaires de production et de commercialisation.
 
Qu’est ce qui mobilise votre équipe en ce moment ?
Aujourd’hui notre activité de R&D est conduite au sein de la faculté de médecine et de pharmacie de Rouen, dans l’unité mixte de recherche Université / INSERM U1073 - Nutrition, Inflammation, et Dysfonction de l’axe intestin cerveau.
 
Ces derniers mois, grâce à la collaboration mise en place, nous avons pu renforcer les preuves de concept et déposer un nouveau brevet qui vient s’ajouter aux 4 brevets préexistants.
 
Nous préparons maintenant une levée de fonds qui va nous permettre de renforcer notre équipe et structurer l’entreprise pour aborder les étapes de développement de nos produits.
 
Contact :
Grégory Lambert, CEO, VP R&D

Lemma

Outils de simulation numérique de haut niveau

Présentation :
LEMMA, société de R&D créée en 2001 et dont le cœur de métier est le développement et la vente d’outils de simulation numérique de haut niveau, possède un domaine d’activité stratégique lié à la modélisation des process où interviennent des écoulements de fluides complexes rencontrés en agroalimentaire. Parmi les compétences clés identifiées chez LEMMA en lien avec les problématiques rencontrées dans les IAA :
- Modélisation des procédés de pompage/transfert et impact sur la préservation des produits (identification des cisaillements critiques, perte de texture).
- Qualification de process en vue de scale-up : de l’échelle du laboratoire à l’échelle de la production.
- La modélisation des écoulements de fluides à rhéologie complexe : dosage, sloshing, homogénéisation haute pression et émulsification, qualification de mélange, transferts thermiques dans les échangeurs.
- La modélisation des écoulements fluides pendant les nettoyages en place (NEP, lien avec recommandations EHEGD...).
- Etude de processabilité, résolution de problèmes sur site de production.
 

Figure 1 : simulation de fluide complexe dans une PCP.
 
Questions à Mikael Berton, Responsable recherche & business development
 
1/ Pourquoi avez-vous adhéré à Valorial ?
La première adhésion s’est déroulée lors de la mise en place d’un projet FUI (Fond Unique Interministériel) auquel LEMMA participe en partenariat avec des équipes académiques de la région Ouest et un grand groupe de l’industrie agroalimentaire. En tant que PME impliquée dans ce projet, cette adhésion nous est profitable à plus d’un titre : d’abord le pôle nous a énormément aidés à la rédaction du dossier FUI en vue de sa labellisation, ensuite cela nous a permis d’augmenter considérablement notre visibilité sur la région Ouest, qui est un secteur géographique majeur dans ce domaine d’activités.
 
2/ Quelle est votre actualité ?
Récemment LEMMA a participé et a été retenu à un appel d’offre du CNIEL portant sur l’impact des procédés de transformation du lait sur le globule gras du lait et sa membrane. Nous sommes heureux de pouvoir transférer un savoir-faire acquis depuis une dizaine d’années dans des domaines connexes (cosmétique, Oil&Gas) au secteur laitier et espérons pouvoir apporter de nouvelles approches dans cette filière. Nous profitons aussi de cette occasion pour remercier l’INRA de Rennes pour son soutien dans ce projet.
LEMMA est une PME très bien représentée dans les domaines de l’aérospatial - elle a par exemple été retenue comme PME partenaire du CNES sur le programme ARIANE VI - et de l’énergie : énergies marines, bioprocédés et méthanisation. Aussi avons-nous pour ambition de réaliser dans les prochains mois des transferts de technologies dans le domaine du contrôle des écoulements sur des procédés unitaires rencontrés dans l’IAA en production, ce qui devrait permettre aux acteurs de la filière de bénéficier des dernières avancées dont LEMMA bénéficie grâce à des implications transverses. 
 

Figure 2 : simulation d’un process de dosage à l’aide de la technologie "intelligent mesh".
 
Contact :
LEMMA

ISPA

La seule école en France entièrement dédiée à la plasturgie

Présentation :
Fondé il ya plus de 25 ans par la Fédération française de l’industrie des plastiques et de la Chambre de commerce d’Alençon, l’Institut Supérieur de Plasturgie d’Alençon (ISPA) a pour but de répondre aux besoins de l’industrie de la plasturgie en ingénieurs et techniciens spécialisés et hautement qualifiés.
 
Les prévisions les plus récentes montrent que l’ISPA aura bientôt formé plus de 50% des ingénieurs nécessaires aux entreprises françaises de transformation des matières plastiques et des matériaux composites, notamment grâce à son récent partenariat avec l’Ecole des Mines de Douai.
 
Organisation :
L’ISPA est composé de deux organisations, réparties dans cinq activités :
- L’école d’ingénieurs de l’ISPA qui a formé plus de 600 ingénieurs jusqu’à aujourd’hui.
- Le CIFAP (Centre interrégional de formation des apprentis dans l’industrie plastique) qui a formé plus de 650 apprentis (BAC, BTS et ingénieurs).
- Le service de recherche et développement qui se situe l’interface entre l’industrie et la recherche académique, travaille en collaboration avec les universités et/ou les entreprises sur des sujets incluant aussi bien de la recherche fondamentale que de la recherche appliquée.
- Le CRITT, labélisé Centre de Transfert de Technologie (CRT) réalise des prestations documentaires, des études scientifiques et techniques ou de conseil. Il réalise également des analyses de laboratoire pour toutes les entreprises utilisant des matières plastiques. Il comprend un laboratoire spécialisé dans la caractérisation des matières plastique et un bureau d’ingénierie qui offre des compétences et des services dans les domaines de la CAO, du prototypage et de la transformation des matières plastiques.
- Le centre de formation continue.
 
R&D :
Le service de recherche et développement de l’ISPA travaille principalement sur quatre thématiques de recherche :
- Etude des phénomènes de surface et d’interface qui a pour objectif les vieillissements chimiques, thermiques, photo chimiques (évolution des structures moléculaires (oxydation, hydrolyse, décarboxylation etc), physico-chimiques (évolution des microstructures amorphes et cristallines, multiphasiques (percolation de charge ou de mélange de polymère), des interdiffusions moléculaires, etc.) et mécaniques (évolution des modules mécaniques, de la tenue aux chocs, du comportement tribologique, etc.) et de leur interdépendance.
 
- Etude des mélanges polymères et formulations : Dans le cadre d’études concernant l’élaboration de nouveaux matériaux polymères (notamment les matériaux hybrides polymère/fibres naturelles, polymère/métal, polymère/céramique, etc.) et le développement des techniques de compoundage et de formulation des matériaux plastiques, l’ISPA a développé des thématiques de recherche sur l’étude des interactions moléculaires entre composants polymères et entre composants polymères et charge mais aussi sur l’étude des dispersions (gradient de concentration) des charges et additifs dans une matrice polymère
- Etude des relations mise en œuvre et propriétés finales des matériaux : L’équipe de recherche de l’ISPA dispose de compétences et de connaissances dans le domaine des relations entre mise en œuvre et propriétés des pièces plastiques.
En effet, propriétés physiques et mécaniques des pièces plastiques dépendent des microstructures et des arrangements moléculaires qui s’organisent au cours de la mise en œuvre des matériaux lors de la phase de refroidissement mais également lors de la phase d’écoulement à l’état fondu en fonction des contraintes et des directions d’écoulement. L’ISPA avec son approche pluridisciplinaire (chimie, physico-chimie, rhéologie et mécanique) aborde depuis quelques années ces domaines dont la maîtrise doit déboucher sur un meilleur contrôle des procédés et une amélioration des produits mis en forme.
- Etude des matériaux bio-sourcés et des matériaux recyclés : Ce thème de recherche, en forte expansion à l’ISPA, dans le cadre des enjeux et objectifs du développement durable, est dédié aux matériaux bio-sourcés ainsi qu’au recyclage et à la valorisation des produits en fin de vie. La recherche en ce qui concerne les matériaux bio-sourcés inclut les études sur les thermoplastiques issus de ressources renouvelables mais également les études sur le renforcement des matrices polymères (issus du pétrole ou bio-sourcés) par des fibres naturelles. En particulier les propriétés de ces matériaux, leur dégradabilité (et/ou leur biodégradabilité) sont étudiés.
 
Projets de R&D :
L’ISPA a notamment travaillé sur des projets de recherche Transpack (Elaboration de films biosourcés multicouches ou en mélange - Amélioration des propriétés barrières), VimaBio (Etude du Vieillissement de polymères bio-sourcés), PlasmaBio (Traitement de surface de polymères bio-sourcés par dépôt plasma de carbone ou de silice dans des conditions industrielles et de Laboratoire).
Le laboratoire est équipé de moyens de caractérisation en analyse chimiques, rhéologiques, physico-chimiques, et mécaniques.
L’ISPA possède également un centre d’information et de documentation (CID), abonné à près de 80 revues françaises et internationales accessibles à tous.
 

Fleury Michon

L’obsession du bon

Présentation :
 
Entreprise familiale et indépendante implantée en Vendée à Pouzauges, Fleury Michon est un groupe de 3700 collaborateurs répartis dans 11 sites de production dont 4 se situent à l’international.
 
Avec un chiffre d’affaires de 690 millions d’euros, Fleury Michon est le leader des jambons de porc et de volaille, des plats cuisinés frais, du surimi et des charcuteries cuisinées. C’est aussi un intervenant majeur en restauration hors domicile.
 
Fleury Michon propose de nombreux plats préparés, individuels et sous vide.
 
Activités :
Le développement de Fleury Michon s’articule autour de 3 axes stratégiques : la GMS France (90 % du chiffre d’affaires), l’International et la restauration hors domicile.
 
Chiffres-clés :
- 690,9 millions d’euros de chiffre d’affaires
- 17,9 M€ de résultat net
- 3730 personnes (effectif moyen annuel CDI et CDD en équivalent temps plein au 31/12/2012)
- 76,3 % de taux de pénétration pour la marque Fleury Michon en France
- 16 unités de production dont 7 à l’International
- Taux de service logistique en France : 99,5 %
- Certifications ISO et IFS
 
En 2012, la part du pôle GMS France a représenté 86 % du chiffre d’affaires, en progression de +6,9 %. Le pôle International s’établit à 7 %, en croissance de +6,8 %. Quant au pôle Restauration Hors-Domicile France , il a représenté 7 % du chiffre d’affaires en progression de +11,1 %.
En 2012, dans l’activité GMS du Groupe, la marque Fleury Michon a représenté 90 % du chiffre d’affaires soit en progression de +9 %.
 

Schneider Electric

Tirer le meilleur de l’énergie

Présentation :
 
Spécialiste mondial de la gestion de l’énergie, Schneider Electric aide ses clients à tirer le meilleur de leur énergie, pour être plus rentable tout en étant plus respectueux de l’environnement et plus productif.
 
Efficacité énergétique : des solutions pour faire plus avec moins.
D’ici 20 ans, la demande d’énergie électrique va doubler et en parallèle, il faudra diviser au moins par deux les émissions de gaz à effet de serre. La principale source d’émission de ces gaz se trouvent dans les marché de l’industrie, des bâtiments et du résidentiel. Les solutions d’efficacité énergétique de Schneider Electric apportent dès maintenant jusqu’à 30% d’économie d’énergie.
Développement durable : dire c’est bien, faire c’est mieux. Au-delà de son activité, Schneider Electric agit sur tous les fronts du développement durable : société, gouvernance et environnement.
Parce qu’on ne peut pas progresser sans mesurer, la société mesure ses performances grâce à un outil unique : le baromètre Planète et Société.
 
Activités :
- Une énergie sûre : protéger ses clients, leurs clients et leur business
- Une énergie fiable : un courant ininterrompu, ultra-pur, à tout moment
- Une énergie efficace : jusqu’à 30% d’économie d’énergie dès maintenant
- Une énergie productive : simplicité et tranquilité
 
Marchés :
- Bâtiments
- Centres de données
- Energie et infrastructures
- Industrie (notamment IAA)
- Résidentiel
 
Chiffres-clés :
22,4 milliards d’€ (C.A. 2011)
+ de 130 000 collaborateurs dans + de 100 pays
39% du C.A. dans les nouvelles économies
 
 

Idena

La nutrition animale autrement

Présentation :
 
Basée à Sautron (44), l’entreprise idena est spécialisée dans l’expertise et l’ingénierie en nutrition animale.
 
Elle place l’innovation au coeur de sa stratégie pour concevoir autrement l’alimentation des animaux, améliorer les performances techniques et économiques dans le respect de l’environnement, pour sans cesse générer les produits alimentaires de qualité des différentes filières professionnelles (fabricants d’aliments, filières agroalimentaires…).
 
Idena, c’est :
- Une équipe d’ingénieurs et de vétérinaires consultants bi-lingues et tri-lingues spécialisés par espèce (transfert de savoir-faire, appui sur le terrain, innovations)
- Un métier : l’expertise et l’ingénierie en nutrition animale, avec des prestations toujours sur mesure (audit, conseils, transfert de Know-How, appui technique, produits et spécialités innovantes)
- Une ouverture et un développement à l’international, dans plus de 25 pays dans le monde, auprès des acteurs des filières agro-alimentaires.
(fabricants d’aliments, productions animales, intégrateurs-distributeurs, filières agro-alimentaires)
- La recherche constante de l’innovation et de la sécurité alimentaire
Pour proposer aux différentes filières (productions animales, agro-alimentaire…), et au consommateur une alimentation saine, de qualité en toute sécurité.
- L’indépendance grâce à une stratégie de réseaux internationaux
(R&D, technologie, matières premières, universités, stations de recherche)

Stefano Toselli

Plats cuisinés à base de pâtes

Présentation :
 
La société Stéfano Toselli est une PME bas-normande spécialisée dans la fabrication de plats cuisinés frais et surgelés à base de pâtes (différentes recettes de lasagnes et cannellonis). Successivement La Roue d’Auge, puis Schwans France, l’usine devient Stéfano Toselli en 2010.
 
Au fil des années, l’usine de production s’est agrandit et atteint aujourd’hui une surface de 15 000m² pour une capacité de production annuelle de 40 milles tonnes.
 
L’entreprise vend principalement ces produits en frais (83%) et à l’export (72%), sous différents format (de la mono-portion au format familial), à destination de la GMS ou de la RHF, principalement à marque distributeur mais également à marque propre.
L’entreprise, majoritairement présente à l’export en Europe, souhaite mettre l’accent sur ce marché, avec notamment la création d’une nouvelle usine en Joint Venture en Pologne à destination des marchés de l’Europe de l’Est.
 
L’entreprise, adhérente depuis 2011, a souhaité rejoindre la « dynamique réseau offerte par Valorial », et bénéficier des outils de veille proposés par les lettres d’information ou les commissions thématiques. « C’est pour nous, un moyen efficace de ne pas rester isolé, et d’être informé des actualités sur le secteur, au même titre que les grands groupes ayant des services dédiés à la veille. C’est aussi la possibilité d’être sollicité dans la cadre de montage de projet collaboratif de R&D » explique Amélie Giger-Bernard, responsable R&D.
 

Tallec

L’héritage du goût

Présentation :
 
TALLEC est une salaisonnerie qui compte 175 salariés et qui élabore depuis 60 ans des charcuteries reconnues pour leurs qualités gustatives exceptionnelles.
Au delà de ses procédés de fabrication, jalousement protégés, TALLEC utilise des viandes fraîches, dont du porc fermier Label Rouge et des ingrédients naturels (légumes, oignons, persil, lait cru, épices...) ; et moule à la main les pâtés dans des terrines en grès pour favoriser la diffusion des arômes ; nos jambons à l’ancienne sont maturés lentement, travaillés à la main, salés à la veine, cuits doucement au torchon avec leur os dans des bouillons de légumes ...
Qu’il s’agisse des gammes permanentes (jambons, terrines de campagnes, persillés ...), des gammes saisonnières (terrines de gibiers, forestières, printanières ...) ou de la gamme de Noël (ballottines, volailles farcies, boudins blancs, ...), TALLEC met toujours en oeuvre le même savoir-faire d’artisan industriel.
TALLEC doit sa notoriété à sa présence dans tous les départements de l’hexagone, d’outre-mer et dans plusieurs pays européens.
 

Traiteur de la Touques

Le spécialiste du légume élaboré sous toutes ses formes

Présentation
 
TRAITEUR DE LA TOUQUES, anciennement Salaisons de la Touques créée en 1959, s’est spécialisé depuis 10 ans sur le marché des salades traiteurs.
Elle fabrique 13.000 T de salades à base de légumes, de charcuterie et de produits de la mer.
Ces préparations sont conditionnées en barquette plastique de 200g à 2.5Kg.
Entreprise appartenant au groupement des Mousquetaires, elle emploie 110 personnes et distribue ses produits vers la GMS et la RHD.
 
L’ambition de TRAITEUR DE LA TOUQUES est d’être reconnue comme un acteur dynamique, créatif et innovant sur le créneau des légumes élaborés. En permanence à l’écoute du marché et des tendances de consommation, il propose régulièrement de nouveaux concepts dans l’univers des légumes préparés, le dernier en date, une nouvelle gamme de légumes précuits à réchauffer au four à micro-onde ou à la poêle, gamme répondant aux attentes du consommateur en terme de praticité et d’équilibre nutritionnel, de plaisir gustatif et tout à fait en phase avec les préconisations du PNNS.
 

"Le pôle de compétitivité Valorial "aliment de demain " auquel nous avons adhéré en 2009 nous donne pleine satisfaction car les promesses sont tenues (partenariat, formation, information, échange, financement...). Dans Valorial il y a valeur, valorisation, alimentation et bien d’autres objectifs et moyens que nous partageons, le tout avec une rigueur indispensable mais dans une grande convivialité. Il faut adhérer à Valorial pour progresser et pérenniser nos entreprises."

Hubert Drieu la Rochelle, Directeur Général