AGIR

AGIR, le CRT spécialisé dans les produits sucrés

 

Ils nous viennent d’Aquitaine. Bienvenue dans la communauté Valorial au CRT AGIR. Rencontre avec Mathieu Delample, Responsable Unité Recherche Technologique. Une arrivée qui illustre aussi notre ouverture vers le territoire d’Agri Sud-Ouest Innovation et ses acteurs.

Quel est votre cœur de métier et quels sont les marchés que vous visez ?

Le CRT AGIR est un Centre de Ressources Technologiques spécialisé dans les produits sucrés où nous avons axé notre expertise sur la biscuiterie, pâtisserie et chocolaterie. Cela dit, nous avons aussi la connaissance produit et process sur d’autres typologie d’aliments.

Nous servons au quotidien l’industrie agroalimentaire, de la start-up aux grands groupes industriels en passant par la distribution via 3 activités principales : la prestation de service sur mesure, la formation ou bien les projets de Recherche appliquée.

La prestation de service : cela peut aller d’un simple diagnostic nutritionnel à un projet global. Récemment, nous avons développé une nouvelle typologie de prestation comme les séances de créativité dans le but de stimuler le processus d’innovation par la génération d’idées. Également, on sollicite de plus en plus notre expertise process (audits de lignes, cuisson…) ce qui nous permet, au final, de traiter des projets de manière transversale. Nous parlons enfin de sur-mesure car aucun projet ne se ressemble et chaque TPE, PME ou grand groupe pour lesquels nous travaillons, a sa propre vision, ses propres contraintes de formulation ou de fabrication. Ainsi nous nous adaptons à chacun et chaque projet est une opportunité à saisir ou un challenge à relever.

La formation, parce que nous croyons au fait que chaque personne puisse avoir accès à la connaissance qu’elle soit technique ou scientifique dans son domaine d’activité. Elle permet aux industriels de capitaliser pour aller vers de nouveaux domaines par leurs propres moyens ou pour mieux maitriser leurs produits et leurs procédés. Cette typologie de service est de plus en plus prisée et bien souvent, la formation représente aussi un premier contact qui permet aux clients d’identifier et rencontrer les chefs de projets pour ensuite créer un climat de confiance. C’est souvent un premier test que nous réussissons.

La recherche, elle, intervient sur des sujets où il est nécessaire de comprendre un peu mieux ce qui se passe dans les produits. Cette Unité, que je manage au quotidien, nous l’avons montée pour donner l’accès aux industriels à la connaissance scientifique dans un monde très tourné vers la technique et l’opérationnalité. Bien souvent le chercheur est vu comme quelqu’un qui ne perçoit pas les contraintes industrielles mais mon rôle, souvent à l’interface, est de me servir de ce que peut offrir le monde scientifique (appareils de mesures, connaissance bibliographique…) pour ensuite le retranscrire dans un langage pédagogique, pragmatique et adapté à mon public industriel. Je suis moi-même un pur chercheur mais j’ai appris à trouver le bon équilibre entre scientifique et technique, du moins c’est le retour que l’on m’en fait !

Quelle est votre actualité ?

Dans les prochaines semaines, nous organisons une journée portes ouvertes sur un sujet fort d’actualité : le clean-label. Ce sera l’opportunité de découvrir les solutions proposées par les fournisseurs d’ingrédients et de découvrir nos services et l’ensemble de nos outils pilotes (rotative, conche, tempéreuse, pétrins…).

Nous organisons également un Afterwork autour du Crédit d’Impôt Recherche. Ce dispositif financier est d’une extrême importance pour les entreprises françaises et force est de constater qu’il est de plus en plus prisé. Je suis depuis quelques années, membre expert CIR auprès du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation L’ensemble des experts ont été récemment invités pour échanger, à titre consultatif, sur de possibles changements et à mon sens, mon devoir est d’informer les utilisateurs afin qu’il y ait une meilleure préparation et gestion dans les années qui viennent.

Enfin, bien entendu il y a les formations que nous menons annuellement et pour cela vous retrouverez l’ensemble des contenus et les différentes actualités sur notre site internet www.agir-crt.com

Pour quelles raisons rejoignez-vous Valorial ?

Les pôles de compétitivité sont des acteurs clefs pour les industriels. Ils écoutent, conseillent, orientent et fédèrent tous les acteurs du monde agroalimentaire.

Bien qu’il y en ait d’autres tout aussi pertinents, je pense que Valorial est un de ceux dont la thématique correspond bien au secteur d’activité et aux expertises du CRT AGIR. Ce pôle est résolument tourné vers l’aval de la filière et a bien connaissance des contraintes des industriels au quotidien. Il était donc nécessaire que nous rejoignions la communauté car je pense que nous pouvons aussi amener notre connaissance terrain et notre compétence scientifique et technique.

D’autre part, les projets collaboratifs font partie intégrante de la stratégie du CRT AGIR en ce sens où nous aussi, aimons être partenaire avec des centres de compétences et des industriels pour relever de nouveaux défis et assumer ensemble une partie des risques qu’ils soient financiers ou simplement techniques. L’idée est que nous transformions ensemble ce risque en une opportunité réelle. Nous avons par exemple travaillé dans le domaine de l’allègement des produits céréaliers dans le domaine du bio, dans la valorisation des co-produits etc. D’autres sujets d’intérêt pour nous pourraient nous permettre d’amener notre pierre à l’édifice comme par exemple, les produits « sans » ou bien la gestion du risque acrylamide. Il y a donc des sujets importants pour nous et pour lesquels nous pouvons amener notre recul et notre objectivité. En tout état de cause, les sujets d’intérêt scientifiques sont toujours plus pertinents à plusieurs et l’adage ne dit-il pas qu’à deux nous sommes plus fort mais qu’à plusieurs nous allons plus loin ?

Quelle est votre vision de l’innovation ? 

L’innovation au sein des IAA, je la vois de plus en plus forte sur les prochaines années pour la simple et bonne raison qu’il y a actuellement une telle pression exercée par le consommateur que les entreprises doivent donner une réponse rapide. Il faut donc améliorer les produits pour aller vers plus de transparence, d’équilibre nutritionnel tout en gardant le même plaisir. Ces dernières années, la tendance du clean-label est arrivée entraînant alors une émulation forte que ce soit au sein des IAA ou bien dans la communauté scientifique. Nous nous sommes pris la vague de plein fouet et aujourd’hui il faut pouvoir donner des solutions tangibles. De mémoire, le monde alimentaire a toujours connu des tourments cycliques mais je sens que la tendance du clean-label n’est pas prête à s’éteindre de sitôt. La thématique du bio, des protéines végétales ou de l’ultra transformation sont également des tendances de fond.  Tout ceci entraînant par conséquent de nombreuses découvertes. L’innovation sera au rendez-vous dans les années qui viennent, j’en suis convaincu.

Pour vous illustrer cela, chez AGIR nous menons aussi des programmes de recherche en interne, ce qui prouve que nous aussi prenons le problème à cœur et tentons d’y répondre au mieux. Je remercie d’ailleurs notre Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine ainsi que notre DRRT sans qui cela ne serait pas possible. Sur plusieurs sujets nous sommes en train d’étudier la possibilité de breveter ces découvertes, ce qui montre que cette dimension d’innovation est importante pour nous et puis entre vous et moi, si je n’innovais pas au quotidien je ne ferais pas ce métier…

Contact

Dr. Mathieu Delample - AGIR
Responsable Unité Recherche Technologique


+33 (0)5 57 96 83 33
www.agir-crt.com