Massaï

Massaï, une alternative aux tourteaux de soja
pour nourrir les animaux d’élevage

Lauréate du concours Even’up dont Valorial est partenaire, Massaï met la luzerne dans tous ses états. Interview d’Eric Juncker, gérant de Trust’ing, fondateur d’Alf’ing / Massaï.

Comment est né Massaï ? Quel est votre concept?

Le concept est né de la rencontre fructueuse d’une quête et d’un hasard. Il s’agit de sérendipité. En décembre 2013, Massaï a vu le jour après plus d’un an de gestation. Je cherchais alors le moyen de conserver de façon économique et durable une matière première humide riche en protéines à base de luzerne qui permettrait d’approvisionner une usine toute l’année, même aux périodes où la plante ne se récolte pas.

Le concept Massaï est en soi très simple. Il s’agit d’une récolte fractionnée de luzerne (ou de trèfle violet) et de conservation qui permet de séparer les feuilles des tiges, tout en en préservant, voire en améliorant, les qualités des produits. On obtient, d’un côté, une fraction abondante systématiquement très riche en protéines (27 % de matières azotées totales (MAT)), de l’autre, une fraction riche en fibres qui titre tout de même entre 9 et 14% de MAT. La partie riche en protéines est conservée sous la forme d’un ensilage particulier, dénommé massaï.

En quoi votre concept qui s’apparente en quelque sorte à une moissonneuse batteuse pour luzerne et trèfle violet est-il innovant? 

Massaï est une innovation de rupture. Jusqu’à présent, la luzerne était récoltée entière. La qualité du foin, de l’ensilage ou de l’enrubannage ou du déshydraté obtenus dépend alors du stade de la culture. De plus, pour l’immense majorité des surfaces, il faut plusieurs jours de beau temps pour sécuriser chaque coupe. La machine de récolte fractionnée que nous avons mise au point est unique en son genre. La totalité de la récolte peut être mise à l’abri en 24 heures. Il n’y a plus de risque d’aléa climatique. De plus, les produits obtenus sont de qualité très supérieure.

Au-delà du confort apporté, les bénéfices pour nos territoires sont multiples. L’autonomie en protéine locale et non OGM est assurée. La qualité des produits animaux est améliorée car la luzerne contient beaucoup d’acides gras de type oméga 3, alors que le soja en est quasiment dépourvu. L’empreinte environnementale locale, tout comme celle dans les zones terrestres intertropicales, est drastiquement réduite.

A quelles filières animales, les massaïs sont-ils bénéfiques?

La fraction riche en protéine présente un intérêt nutritionnel évident pour les vaches laitières, surtout les hautes productrices. Grâce à sa teneur très réduite en fibres, elle convient aussi aux porcs, aux volailles de chair et aux poules pondeuses. C’est chez ces derniers animaux, les monogastriques, que l’enjeu de l’autonomie protéique est de loin le plus important. De plus, les massaïs étant des matières premières fermentées, ils sont très appétents pour tous les animaux (y compris les monogastriques) et contribuent à leur bonne santé. Grâce à leur teneur en fibres, il améliorent aussi leur comportement. Ainsi, les massaïs répondent aussi à deux demandes majeures de la société civile : la réduction des antibiotiques et l’amélioration du bien-être animal.

La fraction cellulosique, quant à elle, est adaptée notamment à des animaux présentant des besoins moins élevés en protéines et chez lesquels les fibres sont utiles à plus d’un titre : génisses, truies gestantes…

Que recherchez-vous dans Valorial ?

En 2012, lors de notre installation dans les Pays de la Loire, nous avons aussitôt adhéré à Valorial car j’apprécie beaucoup le dynamisme du pôle de compétitivité. Valorial fédère les forces vives du premier bassin agro-alimentaire européen. C’est une formidable plateforme d’information, d’expression, d’échanges et de co-créations.

Je souhaite que cet interview contribuera à initier et/ou développer les synergies multiples supplémentaires qui sont nécessaires à l’amélioration et la diffusion des nouveaux systèmes de production qui émergent à présent.

Voir la vidéo / Even’up

Crédit photo / vidéo : Even / Even’up

Contact

Eric Juncker - Trust'ing
Gérant


+33 (0)2 40 59 73 65